L’androïde [HU#1] se donne en spectacle

Programmé dans le cadre du Festival mondial des théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières les 20 et 21 septembre 2013, le spectacle d’Aurélia Ivan L’Androïde [HU#1] présente pour la première fois en France une marionnette androïde créée par ZigZag Production.

Premier volet d’un diptyque intitulé « Homo Urbanicus », L’Androïde [HU#1] met en regard les écrits de Friedrich Nietzsche et de Slavoj Zizek et dresse le portrait d’une humanité aux confins de ses paradoxes.

Dans L’Androïde [HU#1], c’est la solitude de l’être dans la multiplication de lui-même, la déshumanisation, la désincarnation qui conduit à un dialogue entre l’homme-machine et l’homme-androïde, comme signe d’une séparation entre le soi et le moi, entre le corps et l’âme. Dans un espace irréel, situé derrière un miroir sans tain, se trouvent trois êtres : deux très semblables – un corps humain et une machine – et un homme incarnant, sous une forme symbolique, des aspects de la condition humaine.
Bien que « simple » objet manipulé sur le plateau, la forme humaine de l’androïde est troublante : surhumain et inhumain à la fois. Malgré l’attirance ou la crainte, lorsque ce corps immortel interagit avec la comédienne dont il est le reflet, la fascination prend le dessus.

humanoides_fr_androide_hu_1_2

Depuis 2008, ZigZag Production développe des animatronics et des robots dédiés au spectacle automatique, pilotés par ordinateur et s’exprimant grâce à la voix de comédiens.

L’Androïde fait suite à Robbix qui fut présenté à la Cité des sciences dans le cadre de l’exposition « Science et Fiction » en 2010, puis au Cnam avec Robbixa dans l’exposition « Et l’homme… créa le robot » en 2011, ou encore aux statues chantantes créées pour le Grand parc du Puy du Fou en 2012 et 2013.

humanoides_fr_androide_hu_1


Laisser un commentaire