L’armée américaine cherche grenade volante

Blog_Humanoides_Fr_UAS_drone_Raven_G_cover

Peut-on appeler ça un drone ? Oui en quelques sortes puisque c’est un aéronef piloté à distance, avec des ailes et une caméra. Mais en se rapprochant de l’engin, on découvre que c’est un LMAMS (Lethal Miniature Aerial Munition System), une petite grenade autonome volante.

L’appareil est bourré de poudre explosive, ne pèse que 2,5 kg et un homme est capable d’aller l’exploser sur une cible identifiée aussi aisément que l’on fait décoller un AR.Drone.

Ce scénario n’existe pas (encore…). L’armée américaine fait plancher ses chercheurs sur cette future arme de guerre. Les scientifiques du Rapid Equipping Force (REF) et du Maneuver Centre of Excellence sont là pour ça. Dans ces labos, la recherche se concentre sur les outils et solutions à apporter aux soldats qui ont besoin de frapper fort, vite et précis.

Blog_Humanoides_fr_Puma_AE_UAS_lancer

Un appel d’offres auquel participent plusieurs entreprises du secteur privé a été lancé l’été dernier. Il porte sur la réalisation d’une grenade drone LMAMS qui devra peser moins de 2,5 kg et être opérationnelle en moins de 2 minutes.

L’US Army en veut une depuis des années ! Cette grenade de précision servira dans des missions éclair, où une cible est à neutraliser en quelques minutes. Sa taille réduite ne lui permettra pas de transporter beaucoup de carburant. Pourtant il est demandé aux entreprises d’imaginer un drone pouvant parcourir une dizaine de km avec une autonomie allant jusqu’à 30 minutes. Le système de guidage se fera soit par pilotage à distance soit par pré-programmation du trajet via coordonnées GPS. Et tout ceci devra tenir dans un sac facilement transportable par les unités.

Blog_Humanoides_Fr_UAS_Raven_lancer

Les trois projets qui se rapprochent le plus du LMAMS recherché sont le Small Tactical Munition du missilier Raytheon, l’Arcturus de la société éponyme et le Switchblade d’AeroVironment. La première solution consisterait à rendre explosive une version de mini drone existant déjà. La deuxième, envisage de miniaturiser un modèle de drone de combat existant déjà. Pour la dernière solution il s’agirait de mixer les caractéristiques d’un missile et d’un drone afin de fabriquer un missile pilotable par un humain au sol.

Blog_Humanoides_Fr_switchblade_aerovironment_lancer

L’armée américaine la veut pour 2016. Mais ce devrait être réalisable dans les temps puisque des armes de ce genre, comme les Pointer et les RQ-11 Raven, sont déjà en service, en Afghanistan notamment.


Laisser un commentaire