LDUUV : Le nouveau sous-marin autonome de la marine américaine

LDUUV : Le nouveau sous-marin autonome de la marine américaine

La relation entre l’armée américaine et les drones semble faite pour durer. C’est du moins ce que l’on peut déduire du nouveau projet de la Marine américaine. Ce projet, baptisé LDUUV, pour Large Displacement Unmanned Undersea Vehicle (Véhicule sous-marin de grande taille sans pilote), a pour objectif de mettre au point un sous-marin autonome pour des missions de reconnaissance.

La marine américaine a publié la semaine dernière un appel d’offre pour la conception du véhicule. Celui-ci doit remplir deux conditions. Il doit être capable de remplir des missions de « intelligence, scouting, reconnaissance » (renseignement, éclairage et reconnaissance) sous-marines. En termes civil, cela signifie être capable de surveiller une zone d’intérêt pour l’armée, en recherchant des menaces potentielles, et de renvoyer des informations utiles aux opérateurs sur la côte.

Le Echo Seeker de Boeing

La deuxième condition est « Intelligence Preparation of the Operational Environment » (Préparation de l’environnement opérationnel par le renseignement). Cela signifie que le drone sous-marin devra pouvoir, en temps de guerre, observer un champ de bataille et déduire les possibilités d’actions de l’ennemi, et en temps de paix, de pouvoir surveiller des menaces potentielles et d’essayer plusieurs mesures différentes. Le LDUUV sera un éclaireur sous-marin, dont les capteurs aideront à mieux cerner la guerre navale du futur.

Les prochaines versions du véhicules devront pouvoir assurer plusieurs autres missions comme du déminage sous-marin ou servir de plateforme d’envol pour des drones aériens chargés de surveiller la surface de la mer. L’US Navy espère aussi pouvoir utiliser ces drones pour des missions dont les définitions sont plus vagues comme « deploy payloads » (c’est-à-dire déployer des charges utiles), qui pourraient signifier aussi bien du ravitaillement qu’utiliser des armes embarquées. Boeing a déjà montré un intérêt pour ce contrat avec leurs véhicules Echo Ranger et Echo Seeker. Ce dernier est capable de rester en plongée pendant trois jours et peut transporter jusqu’à 77 kilogrammes de charge utile.

Un sous-marin de reconnaissance

Un drone sous-marin télécommandé

Crédits photo : Boeing


Laisser un commentaire

  1. JV Brisset

    Je vois que mon commentaire a été supprimé et que les remarques faites ont été partiellement prises en compte. Mais que l'auteur n'a toujours pas bien compris de ce dont il parlait et c'est toujours ce que ce texte reflète.
    Large displacement ne se traduit pas par "large déplacement", qui ne veut rien dire, mais plutôt, dans ce contexte, par "de grande taille".
    Deploy payload ne veut pas "littéralement" dire "déployer des charges utiles", mais c'est ce que cela veut dire dans le contexte.

  2. JV Brisset

    Je vois que mon commentaire a été supprimé et que les remarques faites ont été partiellement prises en compte. Mais que l'auteur n'a toujours pas bien compris de ce dont il parlait et c'est toujours ce que ce texte reflète.
    Large displacement ne se traduit pas par "large déplacement", qui ne veut rien dire, mais plutôt par "de grande taille".
    Deploy payload ne veut pas "littéralement" dire "déployer des charges utiles", mais c'est ce que cela veut dire dans le contexte.

  3. Stribes

    L'auteur de l'article devrait se renseigner sur la signification, très précise, de "displacement" et de "deploy payloads". Cà lui éviterait d'écrire un papier totalement nul.