Le drone taser : futur arme des forces de police ?

Ce drone taser est capable de stopper net une personne en lui envoyant une décharge électrique de 80.000 Volts depuis les airs. Ce n’est pas une blague ! Le studio de design Chaotic Moon qui est derrière ce projet travaille déjà avec les plus grandes marques de la planète : Starbucks, Pizza Hut ou Dell.

Il donne froid dans le dos. Son nom de code : CUPID pour Chaotic Unmanned Personal Intercept Drone. Cet appareil très dangereux n’est pas encore en production, et encore moins autorisé à voler. Mais l’entreprise texane basée à Austin (USA) se dit prête à fabriquer en série dès que les forces de police ou une entreprise privée de sécurité sera intéressée par investir dans une telle arme.

Drone Tarot avec un taser

Le CUPID se compose de l’hexacoptère Tarot, un drone à 6 hélices généralement utilisé pour les prises de vue aériennes, ainsi que d’un pistolet à impulsion électrique PhaZZer Dragon.

Chaotic Moon a imaginé cet engin comme une arme à piloter à deux. Pour des questions réglementaires, le drone ne planera pas au-dessus de la ville à la recherche de malfaiteurs de manière autonome. Il ne pourra pas non plus shooter une personne en attendant qu’un agent arrive sur place et menotte le suspect. Mais le CUPID devra être piloté par une personne au sol tandis qu’un deuxième homme aura le contrôle du pistolet.

Drone pour arrêter les malfaiteurs dans la rue

Chaotic Moon a invité les journalistes de Engadget à filmer une démonstration dans leurs bureaux d’Austin. Dans la vidéo qui suit, on peut voir Jackson Sheehan, un stagiaire de l’entreprise qui s’est porté volontaire, se faire tirer dessus par le drone et tomber au sol. Impressionnant, âmes sensibles s’abstenir !

Le drone peut lancer plusieurs décharges électriques pendant une durée maximale de dix secondes. L’arme semble vraiment redoutable, le cobaye restant paralysé au sol pendant cinq secondes.

Le drone taser : futur arme des forces de l'ordre ?


Laisser un commentaire

  1. henri_b

    A mon avis c'est surtout pour les entreprises utilisatrices un moyen d'eviter une part de responsabilité en cas de probleme... si le robot devient autonome, qu'il tazz e quelqu'un qui en meurt (probleme cardiaque par exemple, c'est deja arrivé)... qui sera responsable ? car forcement il y aura plainte de la famille, ... le robot ? l'entreprise qui l'a acheté ? le fabricant du robot (qui l'a equipé d'une arme potentiellement mortelle) ? le fabricant du tazzer ?... a mon avis des proces à tiroirs et sans fin à prévoir...
    pour l'entreprise cliente, le cas sera plus facile à gérer que si elle met un tazzer entre les mains de ses agents de securité, c'est sur... là d'un point de vue mediatique on pourra plus facilement se renvoyer la balle...
    ça pose de façon générale la responsabilité d'un robot ou de toute machine... un sujet de debat pour les années à venir...

  2. lolaba

    On pourrait déjà imaginer ces drônes dans le métro ou dans la rue pour stopper les jeunes fous qui volent les sacs ou colliers des dames. Voir autres actes pires comme les viols. Il faut juste espérer que des dingues ne sèment pas la zizanie en étant aux commandes.

  3. Mac3team

    Bonne idée mais dommage qu'il faut quelqu’un pour piloter l'engin , remarque il vaut mieux car si il se trompe de personne ..

    Mickaël