Le futur des soins d’urgence avec les drones de livraison de Google et Zipline

Si la plupart des entreprises qui innovent dans le drone aérien pensent d’abord à optimiser leurs modes de livraison comme Amazon, d’autres voient dans le drone un mode de transport qui pourrait bien révolutionner l’aide humanitaire.

Les projets ambitieux, Google en a plein, comme le projet Loon, visant à connecter le continent africain au réseau internet en dispersant des ballons. L’Afrique, de par ses caractéristiques spécifiques (immense territoire, populations parfois pauvres et isolées…) représente un terrain d’expérimentation idéal pour les géants américains. Pourquoi attendre que le client vienne quand on peut aller directement chez lui ? Une idée reprise par son concurrent Facebook, et qui avait également cherché à connecter gratuitement plusieurs villes indiennes. Un projet finalement débouté par l’Autorité Indienne de Régulation des Télécoms en septembre dernier.

Cette fois-ci, Google vient tout juste de déposer un brevet pour des drones médicaux. Destinés à effectuer des opérations d’urgences médicales, ces drones pourront répondre rapidement aux arrêts cardiaques ou aux chocs anaphylactiques par exemple.

Pour ce faire, le brevet prévoit de disposer des terminaux de contact par lequel la personne blessée « passe commande ». Il lui suffit d’appuyer sur le bouton correspondant à son problème, et le drone prodiguera les soins adaptés, comme la défibrillation ou l’injection d’insuline. Le drone dispose même d’un écran pour fournir des instructions étape par étape.

Mais le géant du Web n’est pas le seul à s’investir dans le drone médical. Zipline (tyrolienne en anglais), est une startup de la Silicon Valley qui a d’ores et déjà débuté les opérations sur le terrain. Sa devise, « The future of healthcare is out for delivery« , résume bien son ambition.

La société compte déjà un partenariat public-privé avec le gouvernement Rwandais. Dans ce pays, rongé par les conflits inter-ethniques et les crises politiques et diplomatiques qui ont suivi le génocide de 1994, et où le PIB par habitant est de l’ordre de 724$/habitant, l’aide médicale fait cruellement défaut. Le Rwanda se classe au 22e rang des pays les plus pauvres de la planète. Pour preuve, l’espérance de vie moyenne ne dépasse pas les 60 ans. De nombreux progrès ont toutefois été enregistrés, tant au niveau de la croissance économique que de la situation humanitaire, puisque la mortalité infantile aurait diminué 75% et le taux de pauvreté serait passé de 59 % en 2001 à 45 % en 2011, selon les données de la Banque Mondiale. Mais le pays n’a pas dit son dernier mot et selon William Hetzler, l’un des fondateurs de Zipline : “Le Rwanda ambitionne de devenir le hub de technologie de l’Afrique de l’est et à terme de l’Afrique entière« .

Carte des hôpitaux rwandais couvert par Zipline

Pas de routes, pas de problèmes répond Zipline. Son drone autonome peut transporter des charges maximales de 1,5kg, comportant des vaccins, des médicaments ou même du sang et ce dans un périmètre de plus de 60 kilomètres. Il est supposé faire la liaison entre les hôpitaux du territoire rwandais, très dispersés et difficilement accessibles. Pas de temps à perdre, le drone parachutera les paquets depuis le ciel à destination des cliniques et des hôpitaux dans le besoin. La société espère ainsi que sa flotte de 15 appareils pourra opérer entre 50 et 150 livraisons par jour.


Laisser un commentaire