Le hoverbike, bientôt une réalité

S’il est un fait certain à propos des véhicules du futur, c’est qu’ils voleront. Depuis toujours, la science-fiction nous offre des visions de voitures cinglant les cieux à toutes allures. Pour certains, le rêve est en train de devenir réalité.

Deux entreprises, l’une anglaise et l’autre hongroise, ont décidé de donner vie aux hoverbikes, ces motos se déplaçant dans les airs. Largement inspirés des quad- ou hexacoptères, les deux engins semblent appartenir à un roman d’anticipation. Le futur est à portée de main.

Le hoverbike anglais

Flike est un projet développé par l’entreprise hongroise Bay Zoltan Nonprofit Ltd. Le nom du projet est une contraction des mots anglais « fly » (voler) et « bike » (moto). Le véhicule est un tri-rotor équipé d’une configuration Y6, c’est-à-dire possédant 6 hélices installées par paire contre-rotatives. Les rotors sont installés en cercle autour du siège du conducteur. Le Flike possède une autonomie de 15 à 20 minutes en l’air, pouvant aller jusqu’à 30 à 40 minutes en vitesse de croisière. L’appareil est équipé d’un ordinateur de gestion de vol qui garantit la stabilité, les inclinaisons et l’altitude durant le vol. L’entreprise à but non-lucratif travaille actuellement sur un deuxième prototype et espère pouvoir lancer le projet en tant que start-up dans les mois à venir.

Un montage 3D de Flike en vol

Le Hoverbike, lui, est un véhicule développé par une entreprise anglaise. L’entreprise Malloy Aeronautics est spécialisée dans le concept et la construction de solutions aériennes à un prix accessible. Malloy Aeronautics a réalisé un premier prototype de son hoverbike, ainsi qu’une version en modèle réduit type drone de plaisir pour financer la recherche et développement du véhicule grandeur nature. L’engin est une version à taille humaine d’un quadcoptère. Les rotors sont sécurisés pour que le hoverbike puisse être utilisé sans risque de blessure. D’une longueur de 3 mètres, l’appareil fonctionnera avec un moteur à essence, alimenté par un réservoir principal de 30L, dont la capacité pourra être doublée grâce à un réservoir secondaire. La consommation en carburant reste importante puisque le véhicule consomme 30 litres par heure de vol. L’entreprise a dévoilé récemment son deuxième prototype et espère atteindre les 1,1 millions de dollars nécessaire pour la commercialisation du hoverbike.

Si le hoverboard de Retour vers le futur semble inaccessible, gageons que les motos volantes feront un jour partie intégrante de nos rues.

Le premier prototype du hoverbike

Le hoverbike, le véhicule de demain

Crédits photo : Malloy Aeronautics, Bay Zoltan Nonprofit Ltd.


Laisser un commentaire