Le robot français Diya One remarqué par les institutions européennes

DIYA ONE, le robot français purificateur d’air, a été identifié dans le cadre de l’ambitieux programme SPARC lancé le 3 juin dernier par l’Union Européenne, une reconnaissance de la pertinence des solutions proposées par PARTNERING ROBOTICS.

Rappelons que ce robot est la première solution robotique interactive et mobile à prendre en charge la purification de l’air intérieur, et qu’il est entièrement fabriqué en France. Il vient d’être placé au coeur de SPARC, programme de recherche et d’innovation à échelle européenne pour faire de l’Europe le leader mondial de la robotique d’ici 2020.

L’Europe prend la mesure du potentiel de la robotique de service. La conception d’usages pertinents est en effet centrale. Avec des services sur la qualité de l’air, la santé, l’équilibre des environnements intérieurs, DIYA ONE est au coeur des ambitions de SPARC, se félicite Ramesh Caussy, Fondateur de Partenring Robotics.

L’idée est de financer des projets de recherche dans huit secteurs d’activités : la fabrication et l’industrie, la santé, les soins à domicile, l’agriculture, la sécurité, l’environnement, les transports et le divertissement. Le projet, financé à hauteur de 700 millions d’euros par la Commission Européenne et 2,1 milliards d’euros par euRobotics qui regroupe 180 sociétés et organismes de recherche, se fixe pour objectif de faire de l’Europe le leader mondial du marché de la robotique, en faisant passer sa part de marché de 32 % en 2014 à 42 % en 2020, avec à la clé la création de plus de 240 000 emplois.

Diya-one-robot-français-purificateur-d’air

Un marché de 60 milliards d’euros en 2020

La mutualisation des ressources dédiées à la robotique à l’échelle européenne doit permettre aux initiatives de recherche d’atteindre une masse critique, permettant la création d’applications, de services et de processus d’envergure. Pour Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne :

L’Europe ne peut se contenter d’être un consommateur de robots, il faut aussi qu’elle en produise. L’intérêt que présentent les robots va bien au-delà du remplacement de la main-d’oeuvre humaine : souvent, ils accomplissent des tâches dont les êtres humains ne veulent pas ou qui sont hors de leur portée, et les améliorations qu’ils apportent touchent des aspects très divers, allant de notre qualité de vie à notre sécurité. Intégrer la robotique dans l’industrie européenne nous aide à conserver et à créer des emplois en Europe.

La généralisation des robots permettra en effet de renforcer la compétitivité des industries et des services, d’inciter les entreprises tenter de délocaliser leurs activités dans les pays à faibles coûts à maintenir les sites de production en Europe et de renforcer le potentiel de développement de la base industrielle européenne, le marché mondial de la robotique étant estimé à 60 milliards d’euros en 2020.


Laisser un commentaire