Le robot Xian’er ou quand Bouddhisme et technologie ne font qu’un

Alors que le Parti Communiste lève progressivement son emprise sur le religieux, le bouddhisme chinois part à la conquête de nouveaux pratiquants. Et pas n’importe comment. Le très respecté temple LongQuan de Pékin se met à la page et vient de présenter Xian’er, le petit robot moine qui diffusera la bonne parole jusque sur nos smartphones.

Dès son entrée dans le communisme, et plus encore avec la révolution culturelle, la Chine a entrepris d’éradiquer la religion de la vie publique, et des foyers chinois. Pour ce faire, rien de tel que de faire table rase du passé en supprimant la majorité des temples du pays. Aux côtés du Taoïsme et du Confucianisme, religions historiques et plus pragmatiques, le bouddhisme est introduit en Chine par le Tibet au Ier siècle de notre ère, avant de devenir peu à peu la troisième religion du pays.

Plus récemment, la Chine connaît un renouveau des pensées religieuses et spirituelles qui ont forgé cette civilisation. Si les chiffres officiels indiquent que les chinois sont l’un des peuples les moins croyants du monde, une étude de 2007 de la East China Normal University de Shanghai estime que 30% des chinois seraient croyants.

A ce jour, le gouvernement chinois reconnaît 5 religions officielles : le taoïsme, le bouddhisme, le catholicisme, l’islam et le protestantisme. Et c’est le bouddhisme qui arrive désormais en tête des religions les plus pratiquées avec plus de 100 millions de fidèles. De plus en plus de chinois deviennent adeptes de la religion, quelle qu’elle soit. D’après l’étude précédemment citée, le profil type du nouveau converti est un jeune travailleur dont la situation ne correspond pas exactement à ses attentes. Le capitalisme sauvage et inégalitaire chinois favoriserait donc la renaissance des religions dans le pays.

« Le bouddhisme attache beaucoup d’importance au cœur et à la dimension spirituelle de l’individu » explique Xianfan, créateur du robot-moine. Une religion intra-mondaine, qui vise à la paix intérieure, c’est sans doute ce qui explique l’attirance des jeunes chinois pour cette religion, qui cherche à combler le vide laissé par l’effacement des valeurs communistes en contradiction avec le matérialisme dont la société chinoise est de plus en plus emprunte.

Le temple de LongQuan et le Bouddhisme 4.0

Le temple de Longquan (Dragon du Printemps) de Pékin a décidé de prendre cette renaissance à bras le corps. Renaissance qui rime pour le coup avec modernité. En effet, aussi surprenant que cela puisse paraître, le temple de Longquan construit sous la dynastie des Liao à la fin du Xe siècle s’est lancé dans la numérisation et la connectivité mobile.

Il possède désormais un compte Weibo (twitter chinois) traduit en neuf langues, et le maître Xianxi organise régulièrement des conférences sur l’industrie IT qui sont retransmises en direct via un système de télé-conférence. Et pour accéder à certains bâtiments, il est demandé de confirmer son identité à l’aide de ses empreintes digitales. Les moines de ce temple sont des érudits… de la technologie. Certains d’entre eux sortent tout droit des universités de Tsinghua et de Pékin.

Plus récemment, le monastère a accueilli un nouvel hôte. Xian’er est un nouveau moine… robot.

Du haut de ses 60 centimètres, il est le premier robot-moine développé par des experts en intelligence artificielle ! Il est capable de se promener sans problèmes dans l’enceinte du temple et de répondre aux questions sur le bouddhisme. Chaque matin, maître Xianxi publie une bande-dessinée sur la vie de Xian’er sur ses comptes Twitter et Wechat.

Le petit robot cartoonesque peut engager une conversation et répondre à une vingtaine de questions sur les précepts du bouddhisme. Grâce à l’alliance entre la science et la spiritualité, Xian’er est le « le parfait petit vassal pour propager la sagesse bouddhique en Chine » explique son créateur. « La science et le bouddhisme ne sont pas contradictoires, ils peuvent même être combinés et se compléter » poursuit-il.

Crédits photos : Agence Xinhua


Laisser un commentaire