Le sommeil 2.0 : dormez connectés !

Sommeil connecté : femme qui dort

118. C’est en moyenne le nombre de jours complets passés à dormir chaque année. Il n’est donc pas étonnant qu’après le sport et la santé, les fabricants d’objets connectés aient fait du sommeil leur nouveau terrain de jeu.

Même dans les bras de Morphée, le corps et le cerveau restent actifs. Comme toute activité, le sommeil peut donc être analysé et optimisé. Car mal dormir présente de réels risques pour la santé en favorisant le diabète ou encore la dépression, et nuit à l’humeur et aux performances dans la journée. La promesse des fabricants d’objets connectés ? Révolutionner le sommeil et offrir à leurs utilisateurs des nuits plus réparatrices.

Un sommeil 2.0…

Qui n’a jamais tourné pendant des heures avant de trouver le sommeil ? L’endormissement est avant tout une question d’environnement. Les objets connectés sont en mesure d’analyser la température ou le taux d’humidité de la chambre à coucher et de programmer des valeurs idéales pour un sommeil réparateur. Ou simplement, à l’image du système Nox du chinois Sleepace, jouer le rôle d’une veilleuse 2.0. Nox utilise une combinaison de sons et de lumières relaxants qui facilitent la sécrétion de mélatonine, l’hormone régulatrice du sommeil.

Tracker dans le matelas Emfit QS

Des trackers d’activité nocturne comme Emfit QS sont capables de récupérer des données très larges : temps avant l’endormissement, bruits environnants, ronflements, cycles de sommeils, etc. En les analysants, les incontournables applications dédiées sont en mesure de donner, au réveil, des conseils pour améliorer son sommeil : se coucher à 23:30, ne pas laisser la température dépasser les 17°C, On connaît alors les conditions idéales pour un sommeil de meilleur qualité et plus réparateuren s’endormant avant ou après minuit ou quand la température ne dépasse pas les 17°C, etc.

Mais les objets connectés ne font pas que monitorer le sommeil, ils permettent aussi de l’améliorer de façon concrète. Le masque connecté de la strat-up Dreem par exemple, promet de mesurer l’activité électrique du cerveau et de la stimuler pour permettre de dormir moins, mais plus profondément. Le sommeil profond est la phase pendant laquelle se consolide la mémoire et se régénèrent les cellules, le port du masque peut ainsi améliorer la qualité du sommeil et les capacités cognitives au réveil.

Mesurer l'activité électrique pendant son sommeil

… Pour se lever du bon pied

On entre ici dans le champ des réveils intelligents. Ceux qui sont capables de vous réveiller au moment opportun comme le célèbre Withings Aura. Le sommeil se décompose en plusieurs cycles : léger, lent, lent profond et paradoxal. C’est pendant le premier cycle, celui du sommeil léger, que le réveil est le plus agréable… ou le moins désagréable.

Qu’ils prennent la forme d’un bracelet, d’un masque de nuit ou encore d’un capteurs à placer sous son matelas, ils ont tous un fonctionnement similaire. Ils sont capables d’analyser les mouvements, le rythme cardiaque ou respiratoire, voire les ondes cérébrales et croiser ces données pour déterminer le cycle en cours. Ils peuvent alors tirer leur propriétaire du sommeil quand celui-ci se trouvera en sommeil léger et se réveillera le plus aisément.

Appli Withings Aura

Dormir avec Withings

Le plus souvent, les objets connectés combinent les technologies et permettent à la fois de faciliter l’endormissement, de réaliser un véritable monitoring du sommeil et de réveiller leurs propriétaires au bon moment. Ils permettent de savoir si l’on a un mode de vie sain et de le modifier en conséquence. Aucun doute, le sommeil est bel et bien l’enjeu connecté de demain.

Crédit photos : Withings, Dreem, Sleepace

Marlène Moreira (@mrlnmoreira)
Ex-Aldebaran et passionnée d’innovation et de robotique.


Laisser un commentaire