Leroy Merlin a signé un partenariat avec TechShop

Leroy Merlin signed a partnership with TechShop

Leroy Merlin, l’enseigne spécialisée dans la construction, le bricolage et le jardinage n’a pas fini d’améliorer ses offres. Après la création de fab lab, des espaces-ateliers en magasin dédiés à la fabrication d’objet, la filiale du groupe Adeo a conclu un accord avec la société américaine TechShop afin de mettre en place un fab lab géant en région parisienne.

Ce techshop, entre 1500 et 2000 mètres carrés, servira à mettre à disposition des clients plus d’une centaine de machines. Depuis l’impression 3D jusqu’aux ponceuses en passant par les fraiseuses et les machines à bois, cet espace collaboratif de fabrication mesurera près de 10 fois plus que les fablabs traditionnels. Le projet est dirigé par Christophe Raillon, qui a été envoyé aux Etats-Unis récemment pour y suivre une formation TechShop. Pour lui, ce projet est une phase test pour les techshop qui confirmera ou non l’implantation de ce genre d’ateliers en France.

Des ateliers collaboratifs pour clients amateurs de bricolage

Selon Stéphane Calmès, l’une des personnes impliquées dans le projet, le partenariat avec TechShop est plus commercial, Leroy Merlin est « sur un modèle semi-industriel, en accès au public moyennant un abonnement, avec un accompagnement. » Ce TechShop français enregistrera la moitié de ses bénéfices avec les abonnements et l’autre moitié par les cours proposés. Les abonnements américains s’élèvent à 100 $ par mois, toutefois, Leroy Merlin est en train d’étudier le prix français à proposer. Le partenariat sera principalement financé par Leroy Merlin qui fournira les 20 employés pour gérer l’atelier ainsi que la totalité des investissements. Selon Stéphane Calmès, le parc machine, l’aménagement et la location du lieu représentent un coût estimé à un million d’euros.

L’objectif est de toucher un public plus large que celui présent en magasin, sans se restreindre aux bricoleurs ou aux geeks, adeptes des nouvelles technologies. Afin de mener son projet à bien, M. Calmès a observé les participants des fablab et a remarqué une grande diversité d’abonnés. Depuis les élèves architectes jusqu’aux retraités passionnés en passant par des créateurs de mode, les fab labs semblent être un franc succès. Stéphane Calmès a indiqué que plusieurs clients avaient regretté de ne pas pouvoir bricoler en magasin. Leroy Merlin semble les avoir entendus et gageons que ce techshop ne sera que le premier d’une longue série.

Des ateliers de fabrication sur le mode DIY


Laisser un commentaire

  1. Saas

    A partir de quel âge ?