Les créatures d’Hiroshi Ishiguro employées dans un musée de Tokyo

Hiroshi Ishiguro, célèbre expert en robotique androïde à l’Université d’Osaka, vient d’introduire comme guide dans un musée de Tokyo, le premier robot à forme humaine. Cet androïde baptisé Kodomoroid est capable de communiquer avec les visiteurs de la manière la plus naturelle possible, sans à-coup.

Après les robots de téléprésence pour visiter les musées ainsi que les plateformes robotiques pour guider les visiteurs, des japonais sont allés encore plus loin. Ils vont utiliser un robot qui a la forme humaine en guise de conférencier de musée. Kodomoroid est son nom. Cela vient de la contraction des mots kodomo (enfant en japonais) et androïde. Ce robot à la morphologie féminine est depuis mardi la nouvelle hôtesse d’accueil pour une exposition intitulée « Android: What is Human ? » au Musée national des sciences et de la technologie de Tokyo, le Miraikan. Elle va remplir une fonction bien spécifique.

deux-robots-au-miraikan-de-tokyo

Le professeur Hiroshi Ishiguro a développé une gamme d’androïde au cours de ses travaux de recherche sur l’interaction des humains avec les robots. Cet homme a porté ses recherches sur ce qui différencie l’homme d’une machine. Nous avions d’ailleurs rencontré un des ses étudiants à Innorobo 2013 qui présentait un enfant androïde, le Telenoid. Selon Ishiguro, concevoir des androïdes revient à explorer ce que signifie que d’être humain, en explorant la question des émotions, la notion de soi, des mécanismes de la pensée.

Mardi 24 juin 2014, Kodomoroid a énoncé devant la presse quelques informations sur l’actualité sismique au Japon et un raid mené par le FBI, elle s’est même moqué de son créateur : « Tu commences toi-même à ressembler à un robot ! » a-t-elle lancé. Puis, elle a été rejointe par une autre robot femelle, baptisée Otonaroid, un mix entre otona (adulte) et androïde.

Kodomoroid-et-Otonaroid-su-professeur-Ishiguro

Au-delà de l’effet – garanti – et de la prouesse, les deux androïdes ont une mission bien précise : Kodomoroid et Otonaroid vont toutes deux travailler au Musée au contact des visiteurs pour recueillir de précieuses informations sur les réactions des humains face à la machine, données qui seront ensuite analysées par le professeur Ishiguro. Bien que les androïdes télécommandés ne puissent pas se déplacer – ils restent assis – ils ont la capacité se balancer, faire des clins d’œil et faire bourger leurs mains, de quoi rendre l’expérience un peu moins étrange pour les visiteurs.

Cela va nous fournir un important retour d’informations alors que nous explorons la question fondamentale de ce que c’est d’être humain. Et nous voulons que les robots deviennent toujours plus intelligents.

Les deux androïdes à la peau siliconée et aux muscles artificiels mesurent environ 140 cm en hauteur. Leur structure est faite de métal et leur crâne de plastique. Ils possèdent chacun une cinquantaine d’actionneurs pneumatiques et de nombreux capteurs tactiles. Ils possèdent treize degrés de liberté à la tête, quinze au niveau du corps et vingt-deux dans les bras et les jambes. Ils ont la possibilité de changer de voix, de passer d’une intonation masculine à une féminine. Cette fonction est contrôlée depuis un ordinateur.


Laisser un commentaire