Les robots pourraient bientôt changer de forme grâce à ce nouveau matériau intelligent

transformers

Une équipe de chercheurs de l’Université de Cornell, emmenée par Rob Shepard, a mis au point un alliage innovant et espère en développer l’utilisation dans le domaine de la robotique.

La culture populaire, notamment asiatique, regorge d’exemples de robots polymorphes, appelés également transformers. Du robot-voiture au robot-aérien en passant pas le géant bipède, le fantasme du robot capable de changer de forme, et donc de fonction, pourrait bien devenir réalité !

A l’instar du caoutchouc, ce nouveau matériau, à base de mousse en élastomère, a pour principales caractéristiques de pouvoir être étiré et déformé sans se rompre. Ce matériau composite innovant est en réalité un alliage de mousse d’élastomère imprimé en 3D et de métal léger. Il présente donc de sérieux avantages sur les matériaux habituels.

Lorsqu’il est froid, cet alliage reste rigide, mais une fois chauffé à 62 degrés, il devient plus souple, ce qui permettra au robot d’évoluer sous deux formes différentes. « L’idée c’est d’avoir un squelette quand on en a besoin et de le fondre quand ce n’est pas le cas, puis de le reformer si nécessaire » a indiqué Rob Shepard. La mousse d’élastomère, particulièrement poreuse a été versée dans le métal de Field . Un métal qui ne contient pas de plomb et dont la température de fusion est relativement basse. A l’arrivée, le métal de Field rebouche les pores (de 2 mm) de la mousse d’élastomère et on obtient ce matériau hybride.

Pour le moment l’équipe de Cornell, spécialisée dans le développement de matériaux intelligents, se contente d’imaginer un drone aérien qui pourrait se transformer en sous-marin, tel un pélican. « La plupart du temps, on veut des robots robustes, mais dans ce cas ils ne peuvent pas modifier leur forme très facilement, avec ce nouveau matériau, on peut espérer un robot robuste capable de porter des charges, mais qui peut également modifier sa structure » conclut Mr Shepard. A noter que cette recherche est soutenue par la National Science Foundation mais aussi l’US AirForce qui pourrait y trouver des usages militaires tout à fait inédits.


Laisser un commentaire

  1. Propage

    Plonge comme un requin, ressort comme un drone des fonds marin. On a hate de voir ça.