Les taxis autonomes comme transports du futur ?

taxi-autonome-transport-futur-1

Alors que la guerre entre les taxis et Uber continue de faire des remous et que Google poursuit ses tests de voitures autonomes, une étude publié le 6 juillet propose une alternative au système de taxis actuels.

Publiée par Nature Climate Change, un journal en ligne affilié au groupe Nature et spécialisé dans les questions de changements climatiques, cette étude explore la possibilité de remplacer les flottes de taxis par des voitures autonomes. L’étude menée par deux chercheurs du laboratoire national de Berkeley, en Californie, soutient la théorie que remplacer le système actuellement en place comporterait des avantages non négligeables, notamment pour le climat. Pour Jeffery Greenblatt et Samveg Saxena, utiliser des voitures autonomes en lieu et place des taxis permettrait de réduire les émissions de gaz à effet de serre jusqu’à 90 % de ce qu’émet une voiture à essence de 2014.

L’argument principal est le taxi « sur-mesure ». En effet, au lieu de commander un taxi lambda, une flotte de taxis autonomes permettrait d’ajuster chaque commande de véhicule aux besoins du client. Ce ne serait donc pas le même taxi utilisé pour une personne seule que pour quatre personnes avec armes et bagages. Il suffit d’ajouter à cela l’absence de consommation de carburant fossile et les baisses d’émissions s’expliquent. De plus, pour les chercheurs, il existe encore plusieurs facteurs, qu’ils n’ont pas inclus dans leurs calculs lors de l’élaboration de l’étude, mais qui, une fois additionnés, peuvent représenter des baisses d’émission considérables.

Les futurs taxis autonomes de Google

Les chercheurs se sont également intéressés au coût économique d’un taxi autonome. En se basant sur le nombre moyen de kilomètres parcouru par un américain en un an, 19 300 kilomètres, un véhicule autonome reste plus cher qu’une voiture normale. Les chercheurs expliquent toutefois qu’entre 64 300 et 112 600 kilomètres, une voiture sans chauffeur devient l’alternative la plus avantageuse. Ces distances sont celles habituellement enregistrées pour un taxi américain. Ce calcul prend en compte, l’entretien, le carburant, l’assurance et le coût réel du véhicule. L’explication est relativement simple. Si la voiture autonome coûte plus cher, le prix du carburant au kilomètre lui est moins élevé. L’argent ainsi économisé peut donc servir à payer l’investissement que représente ce genre de véhicules.

Pour les scientifiques, il est impossible de calculer à quel point ce genre de véhicules sera répandu d’ici 2030. Ils indiquent toutefois que si 5 % des véhicules vendus par an, soit environ 800 000 voitures, étaient remplacés par des modèles autonomes, cela représenterait une économie de près de 7 millions de barils de pétrole et réduirait les émissions de 2,1 à 2,4 millions de tonnes de CO2. Cette baisse représente celle obtenue par 1000 éoliennes de 2 mégawatts. Pour les chercheurs il faut ajouter à cela les possibilités de co-voiturage qui baisseraient encore les émissions.

L’idée étant de remplacer définitivement les taxis par des véhicules autonomes, une transition économique doit être envisagée, puisqu’une voiture autonome ne requiert pas de chauffeur. Les coûts d’un taxi autonome par rapport à un taxi normal s’en retrouve encore réduits puisque le véhicule n’aurait plus besoin d’un opérateur. De quoi régler définitivement la question de l’amabilité des chauffeurs de taxis ?

Google se lance dans les taxis autonomes


Laisser un commentaire