L’homme est plus à l’aise avec un robot à son image

Une étude scientifique néozélandaise vient de confirmer ce dont on pouvait se douter : l’homme préfère voir un visage humain s’afficher sur un écran d’un robot plutôt que de voir une créature fantaisiste ou un dessin. Le visage affiché a même un impact sur la perception qu’il se fait du robot.

60% des sondés se sentent plus à l’aise en voyant s’afficher un visage en 3D se rapprochant le plus de celui de son semblable, ayant une couleur de peau la plus réaliste possible. 30% préfèrent que le robot n’affiche rien du tout à l’écran. Les 10% restants penchent pour un affichage simplifié d’un visage humain.

Cette étude est importante car au fur et à mesure que la technologie avance, les robots se développent. Des robots, qui bientôt, prélèveront notre sang ou peupleront nos maisons et s’occuperont des personnes âgées. Quel que soit le robot, celui-ci devra s’insérer du mieux possible dans notre quotidien. Raison de plus pour se pencher sur la question de l’acceptation d’un robot par l’humain.

humanoids_fr_robots_perception_visage_auckland

Il est important que les concepteurs de robots sachent quelle forme donner à leurs robots pour qu’ils interagissent un maximum avec les humains et qu’ils les mettent en confiance. Une des clés est son apparence et son degré de ressemblance avec l’homme.

a déclaré la responsable de cette étude, le Dr Elizabeth Broadbent, du département de Psychologie de l’Université d’Aukland. L’étude s’est concentrée sur l’image que l’on se fait sur l’attitude et la « personnalité » d’un robot à travers son aspect extérieur. Les scientifique ont pu également étudié le sentiment de peur ou de mal à l’aise que peut provoquer un robot chez un être humain. Ils se sont aperçus que plus le robot était étrange, plus les participants avait du mal à interagir avec lui.

humanoides_fr_robots_perception_visage_auckland1

Cette étude a été menée conjointement par le département de Psychologie et celui de robotique. Elle ciblait particulièrement les robots qui ont des écrans pour afficher des informations (robots compagnons, robot d’accueil, robots éducatifs…). Elle donne des informations précieuses à tous les designers de robots sur les types de visages à projeter sur les écrans. Plus le robot nous ressemblera, plus nous serons à même de le considérer comme sociable, vivant, amical.

L’étude a été publiée cette semaine dans la revue Plos One.


Laisser un commentaire

  1. Denlor

    Etude intéressante qui vient confirmer ce qu'avait pressenti Asimov il y a environ... un demi siècle!!!!