L’humanoïde ATLAS progresse à pas de géant

Le robot humanoïde ATLAS du MIT progresse. Cet impressionnant bipède sait désormais se saisir d’une poutre métallique et se déplacer avec.

Le site Gizmodo titre : « Le robot humanoïde ATLAS a progressé et atteint le niveau d’un adolescent paresseux. » Au-delà de ce titre humoristique, en regardant la vidéo que vient de publier l’équipe du MIT, on se dit que les phases finales du DARPA Robotics Challenge (Lire Qu’est-ce que le Darpa Robotics Challenge ?) n’auront rien à voir avec celles de l’an dernier. En seulement un an, tous les robots participants auront fait un bond en avant en termes de dextérité, autonomie et rapidité.

ATLAS-déplace-une-poutre-en-métal

ATLAS se déplace encore lentement, ou peut-être est-ce le fait qu’il tire derrière lui une structure en aluminium assez lourde, d’environ une dizaine de kilos. Néanmoins, cette vidéo montre une chose : il est désormais capable de transporter des objets plus ou moins lourds, dans chacune de ses mains, et peut évoluer dans un environnement simple ou complexe, tel un humain.

L’équipe du MIT, quatrième au classement #DRC, formée de Scott Kuindersma, Frank Permenter, et Russ Tedrake a jusqu’à juin 2015 pour le faire progresser d’avantage. Les finales pour le DARPA Robotics Challenge devaient avoir lieu à la fin de cette année, mais les organisateurs ont préféré laisser plus de temps aux équipes afin qu’elles présentent des robots avec les meilleures performances possibles.

Dans un article écrit cette année par l’équipe, intitulé « Un programme quadratique pouvant être résolu pour stabiliser la locomotion dynamique », les chercheurs américains décrivent :

un contrôleur pour la marche dynamique du corps en entier, mis en œuvre par un programme quadratique convexe. Le contrôleur résout un problème de commande optimale en utilisant une approximation, fonction dérivée d’un modèle de marche simple tout en respectant la dynamique, les caractéristiques et les contraintes du robot. Nous atteignons ainsi un niveau de performance plus élevé que celui des programmes actuels, avec des contrôles de l’ordre de 1 kHz pour un humanoïde qui possède 34 degrés de liberté.

D’après le site de la team du MIT, les mains d’ATLAS sont articulées, sensorielles et lui permettent d’utiliser des outils conçus à la base pour les hommes. ATLAS possède 28 actionneurs hydrauliques, une tête avec des capteurs de vision stéréo et un télémètre laser. ATLAS est pour le moment câblé. Pour les finales, le robot devra être capable, de manière autonome, de marcher sur un terrain accidenté, de monter les escaliers et à une échelle, s’introduite dans un véhicule et le conduire et utiliser des outils.


Laisser un commentaire

  1. blaise

    Il semblerait que la centrale hydraulique n'est toujours pas embarquée non plus.. niveau autonomie c'est mal barré

  2. DreamBen

    C'est cool de pouvoir voir de nouvelles vidéos de l’avancement de leur robot.
    Par contre on dirait qu'il fonctionne toujours de la même manière de sorte qu'il cherche toujours à être en équilibre pour avancer et non comme ce robot que vous aviez présenté : http://www.humanoides.fr/2014/09/02/des-japonais-ont-cree-un-semi-humanoide-qui-court-comme-un-homme
    Ce robot qui sait utiliser son déséquilibre comme un humain le fait naturellement pour avancer bien plus vite.

    Il y a encore du chemin avant que le robot MIT puisse courir, mais bon ils vont bien arriver encore à nous surprendre.