Le français Medtech rentre dans le giron de l’américain Zimmer

rosa-medtech-zimmer-2016

Le roboticien français spécialisé dans la fabrication de machines médicales Medtech vient d’accepter une offre de rachat par l’américain Zimmer Biomet.

Le robot Rosa, perle de la robotique française

Sélectionné par le plan Nouvelle France Industrielle, Medtech est surtout une perle de la robotique médicale. Car Rosa est le premier modèle de Medtech. Et comme son nom l’indique, la société fondée par Bertin Nahum se spécialise dans la médecine. Souvent comparé au robot chirurgien Da Vinci, Rosa ne joue toutefois pas sur le même terrain. Le français se contente de faciliter l’opération des chirurgiens humains en préparant le corps du patient avec des guides lasers qui indiqueront précisément au chirurgien la procédure à suivre quand l’américain Intuitive Signals ambitionne de se défaire le plus possible d’assistance humaine. C’est l’importance de l’acte assumé par la machine qui empêche probablement son expansion. Nécessairement pointu et sûr, un millier de modèles avaient été vendus seulement en 2010. En France, 42 de ces chirurgiens automatiques étaient en opération en 2011, mais leur expansion se trouve ralentie par les frais d’entretien particulièrement élevés, à hauteur de 120 000 € par an indiquait l’AFP.

Aussi, en adoptant un créneau moins disruptif, le robot de Medtech ne nécessitera probablement pas autant de révisions techniques et de mises à jour que son collègue Da Vinci.

Medtech a été fondée en 2002 par Bertin Nahum. Depuis, elle travaille sur son premier modèle de robot d’assistance, Rosa. En 2013, le lancement est officialisé. Et ce, peu après avoir réussi son introduction en bourse. En mai, l’entreprise franchissait le cap de la 100ème chirurgie de Rosa Spine. Fin juin, elle annonçait la vente de 6 modèles supplémentaires aux Etats-Unis (2), en Chine (2), en France et en Angleterre. Et les nouveaux chiffres publiés début juillet ne sont pas moins prometteurs. Au total, ce sont 13 nouveaux robots qui ont été vendus sur le dernier trimestre, dont 7 rien qu’aux Etats-Unis, pour un chiffre d’affaires en hausse de 81% à 3,1 milliards d’euros sur l’exercice 2015/2016. Ce qui dépasse même les objectifs fixés lors de l’introduction en bourse.

Rachat par Zimmer Biomet

Fort de ce succès américain, on pouvait se douter que la société montpelliéraine s’attirerait les vues d’un plus gros poisson. C’est donc la holding Zimmer Biomet, né de la fusion de Zimmer et de Biomet l’année dernière, qui s’est procurée la pépite française en acquérant 1,4 millions d’actions représentant 58,77% du capital social de Medtech, à raison de 50€ par action. Elle met également la main sur les obligations convertibles du français à raison de 17€ l’action, ce qui porte le montant total de l’opération à environ 164 millions d’euros.

Zimmer Biomet n’est autre que le leader mondial en soin de santé musculosquelettiques. Basé à Warsaw dans l’Indiana et non en Pologne, l’entreprise conçoit et commercialise des solutions orthopédiques et des produits pour la médecine du sport, la colonne vertébrale ou la guérison osseuse et autres produits de chirurgie. Elle a été fondée en 1927 et vend désormais ses produits dans plus de 100 pays tout en vendant intervenant directement dans 25 d’entre eux.

Mais l’offre de rachat ne sort pas de nulle part. Les deux parties avaient déjà longuement collaboré, précise la directrice de la communication de Medtech, Sophie Munoz-Vincent : « cette acquisition ne fait que prolonger un rapprochement déjà entamé par les deux sociétés, puisque Zimmer Biomet avait déjà racheté les brevets du 1er robot de Medtech [Brigit pour la pause orthopédique« , brevets cédés par Bertin Nahum après avoir refusé une précédente offre de rachat, remontant à 2006. Mais cette acquisition dévoile une autre facette de Medtech, qui désire accélérer son développement à l’international mais n’en a pas les moyens : « De notre côté, même si nous avions réussi à lever des fonds avec notre introduction boursière, l’effort financier pour poursuivre notre croissance à l’export, où nous faisons 8% de l’activité, était colossal et nous a poussé à privilégier cette option du rapprochement« .

En perspective de l’offre de rachat qui devrait bientôt être déposée officiellement par Zimmer Biomet, trois des membres du conseil d’administration de Medtech ont déjà démissionné pour laisser leur place à des représentants de Zimmer Biomet. Le nouveau propriétaire précise que les activités de Medtech demeureront à son siège, Montpellier, et que Bertin Nahum, actuel PDG, prendra la direction du développement des activités robotiques.

Après le rachat de la start-up Withings par Nokia en avril dernier, puis celui de Medtech par Zimmer, il n’y a plus qu’à espérer que la toute dernière pépite de la robotique médicale, le spécialiste des stimulations trans-crâniennes Axilum Robotics, ne tombe pas dans le filet d’un nouvel ogre étranger.


Laisser un commentaire