Avis aux collectionneurs, la NASA vend un robot hydraulique de 1965

nasa-humanoide-dummy-enchere-2016-7

Avant d’envoyer des hommes dans l’Espace, la NASA a pour habitude de tester ses combinaisons sur des humanoïdes de métal.

Un pantin de métal pour tester les combinaisons

Digne ancêtre de Valkyrie, ce robot a tout l’air d’un pantin articulé tout droit sorti d’une foire aux monstres ou d’un film de George Méliès. Et pourtant, c’est une véritable création des ingénieurs de l’agence spatiale américaine.

L’information a fait le bonheur des amateurs de conquête spatiale et de robotique. La NASA va mettre aux enchères l’une des boîtes de métal qu’elle concevait dans les années précédant la mission Apollo.

nasa-humanoide-dummy-enchere-2016-6

Car avant d’envoyer de véritables hommes en chair et en os affronter le climat hostile du vide spatial, l’agence souhaitait naturellement vérifier la fiabilité et la praticité de ses combinaisons sur des robots humanoïdes.

La machine est un androïde hydraulique (une technique traditionnelle d’activation des corps, tombée dans l’oubli et qui revient sur le devant de la scène avec les inventeurs japonais du Suzumori Endo Lab, ou bien encore Jimmy, le robot de Disney)  de plus de 100 kg et mesurant entre 1,50m et 1,80m selon l’ajustement de ses membres, de façon à pouvoir se glisser dans la peau de l’américain moyen. Son armure est constituée d’aluminium et sa tête de fibre de verre.

nasa-humanoide-dummy-enchere-2016-5

Cette machine a été développée dans le cadre du « Power Driven Assist Dummy » qui s’est déroulé entre mai 1963 et juillet 1965. C’est l’Institut de Recherche Technlogique de Chicago qui en est à l’origine. Il devait être capable d’exécuter pas moins de 35 mouvements corporels humains et était équipé de différents capteurs à chacune de ses articulations afin de mesurer les forces exercées par la combinaison pressurisée sur le futur porteur. L’idée étant de rassembler des données scientifiques pour améliorer les futures combinaisons.

Malheureusement pour lui, ses fuites excessives d’huile l’ont empêché de décoller en orbite, et le projet a finalement été abandonné. D’après Joe Kosmo, ancien ingénieur de la NASA, ils ne voulaient en aucun cas « risquer de contaminer une combinaison avec des fuites d’huile« .

Cinquante ans plus tard, le pantin a été mis aux enchères sur le site RPAuction pendant dix jours. Il est estimé à plus de 80 000$ et figure dans le classement des 100 raretés du site. Robert Livingston, son vice-président assure que seulement deux modèles du robot on été produits. La seconde version « est exposée au Smithsonian National Air and Space Museum » explique-t-il.

L’initiative rappelle évidemment celle du Musée des Sciences de Londres, qui avait lancé une campagne de financement participatif pour lancer la reconstruction de Eric, l’un des tous premiers robots du Royaume-Uni.

La vente en ligne se conclura dans le monde physique le 26 septembre au Royal Sonesta Boston.

Avis aux amateurs de raretés !

vue des fils électroniques de Dummy


Laisser un commentaire