OBi, le robot qui sert le repas aux handicapés

La start-up DESiN fondée en 2010 présente Obi, le premier bras robotisé programmable pour servir la nourriture aux handicapés. L’appareil associe santé et émancipation.

Santé rime aussi avec beauté

Pratique et ultra-simple à manipuler. Voilà qui résume parfaitement cette nouvelle machine. Inspiré des robots tels que Baxter de Rethink Robotics, Obi est l’un des premiers du genre à pouvoir être programmé non pas au préalable par des codes informatiques, mais par l’humain. En un geste, vous pouvez apprendre au robot comment se déplacer pour s’adapter à son patient. Il suffit d’appuyer sur un bouton et de guider le bras vers sa destination pour qu’il la retienne et la reproduise à souhait. l’appareil est doté d’un système de reconnaissance des obstacles et à la manière de tout bras collaboratif, celui-ci s’arrêtera net dès qu’il sentira une opposition physique. Au total, Obi pèse 3,36 kg et dispose d’une autonomie d’environ 4 heures.

Cet appareil a été créé par Jon Dekar, petits-fils d’un homme auquel on a diagnostiqué une arthrogrypose. Il y a maintenant six ans qu’il s’est lancé avec son père Tom dans la grande aventure de la conception d’un bras robotisé de taille réduite pour aider les personnes handicapées au quotidien, avec son entreprise DESiN. Concerné de très près par les futurs clients qui recevront ce bras autonome, le duo a mis l’accent non seulement sur les performances du robot, mais aussi et surtout sur sa maniabilité et son design. Il a ainsi mis un point d’honneur à développer un modèle à la fois élégant dans son allure mais aussi dans ses déplacements. Il est possible de personnaliser les mouvements du robots, qui peut d’ailleurs attaquer un morceau de nourriture de tous les côtés possibles et imaginables.

Obi-Frobot-repas-2016-3

Un appareil d’émancipation

A l’arrivée, le long processus d’élaboration a accouché d’une machine high-tech, silencieuse et fluide qui répond aux attentes diverses des clients.

Car si la principale difficulté du handicap réside dans l’incapacité pure et simple de se nourrir convenablement, il y a également tout l’aspect sentimental qui doit être pris en compte. Une personne handicapée peut vivre le fait d’être nourrie par ses proches comme une véritable humiliation qui peut même se traduire en sentiment de culpabilité. Les témoignages des premiers essayeurs du dispositif sont sans appel, la machine a permis à la personne handicapée de se nourrir elle-même et donc d’être autonome, ce qui laisse désormais à Amanda, la mère de Grace, plus de temps pour s’occuper de ses trois autres enfants. A un autre témoin de mettre en lumière ce facteur d’émancipation : « Obi a redonné à ma femme un sentiment d’indépendance tout en m’accordant plus de temps pour moi-même« .

Approuvé par l’agence de santé américaine, la Food & Drug Administration, Obi est un modèle qui semble associer toutes les qualités requises. Sûreté, praticité et efficacité. Véritable facteur d’émancipation, il permettra à bien des personnes de retrouver un minimum d’indépendance, que ce soit pour la personne handicapée que pour ses proches.

Il est déjà possible de le commander sur le site de l’entreprise. Il revient actuellemnt à 4500$, récipients, cuillères, chargeur et guide compris. Mais il est conseillé d’acheter également une série de petits accessoires qui faciliteront la tâche. Les Jelly Beans Switch, par exemple, sont des gros boutons colorés qui permettent de déclencher à distance le bras, ou d’y mettre fin.

Pour faciliter l’accès à son bras robotisé, Obi a mis en place un réseau de crowdfunding sur la plate-forme GoFundMe.

la touche "Teach" du robot Obi

le robot obi


Laisser un commentaire