Paris : La police expérimente l’usage de drones

La préfecture de police de Paris devrait expérimenter l’usage de drones au-dessus de la ville prochainement. Certaines villes, en majorité américaines, en ont fait l’acquisition ces derniers mois pour les mêmes fins.

Après les drones à Marseille ou ceux de la LAPD de Los Angeles, ces engins devraient permettre de faciliter la collecte de l’information dans des endroits où l’engagement des policiers est périlleux. Rappelons tout de même que la police de Seattle a dû renoncer à l’usage des drones

Philippe Caron, le chef de la Direction opérationnelle des services techniques et logistiques (DOSTL), en charge de conseiller les différents services en matière d’achats et d’investissement, explique ceci dans la lettre d’information de la préfecture de police datée du 6 août :

Nous envisageons de recourir aux drones afin de récupérer de l’information dans des zones risquées sans engager des personnels ; des expérimentations sont prévues à la demande du préfet de police dans les prochaines semaines.

Depuis 1992, les forces de l’ordre se pose la question de l’usage des drones pour la surveillance civile. Cependant, l’utilisation de mini-drones, plus simples plus réactifs et plus discrets, est soumise à des réglementations strictes de la part de la DGAC, en particulier au-dessus de l’espace urbain. Un arrêté du 20 janvier 1948 interdit le survol de Paris aux appareils radiocommandés, y compris au-dessus des propriétés privées.

Le cadre réglementaire va être amené à évoluer, donc, et intégrer notamment les textes européens. En avril, Bruxelles a en effet annoncé le lancement d’une réflexion sur un renforcement des règles encadrant l’utilisation et la sécurité des drones civils en Europe, notamment pour la protection de la vie privée.


Laisser un commentaire