Paris a son premier robot pompier

Les sapeurs-pompiers de Paris disposent désormais de Colossus, un nouveau robot multifonctions pour éteindre le feu à distance. Une recrue de choix !

Dès ce mois d’avril, les pompiers de Paris seront épaulés dans leur travail par un robot. Cet engin baptisé Colossus pourra intervenir avant les pompiers et leur apporter des informations sur la température du sinistre ou la surface concernée. A distance, il est capable de commencer à éteindre le feu et le gaz afin de rendre l’intervention des pompiers plus simple sur le terrain.

robot-pompier-paris-3

Relever des informations, transporter des blessés et du matériel ou encore éteindre le feu feront donc partie des missions de ce robot made in France. Présenté lors du Concours National de robotique Extérieure qui s’est déroulé au Bourget le 7 mars, l’imposant Colossus a fait sensation. Mis au point par la start-up française Shark Robotics, il n’est autre qu’un robot assistant. « Il n’est pas question de remplacer les pompiers, mais de les seconder », confirme son créateur Jean-Jacques Topalian.

Son principal atout ? Son canon à eau, permettant d’éteindre des départs de feu et de gaz à une distance appréciable, ce qui évite aux hommes d’aller au contact. En revanche, il n’est pas autonome puisqu’il est constamment piloté à distance par un pompier. Ceci était d’ailleurs la volonté de la vingtaine de casernes parisiennes consultées par Shark Robotics pour recevoir cet équipement.

Un ballon captif et un robot mule pour bientôt

Avec ses 500 kg, c’est une machine très robuste. Elle comporte un revêtement en aluminium qu’il est possible de renforcer avec un blindage. Côté puissance, Colossus dispose de deux moteurs de 4000 W chacun. Le robot est capable de déplacer 250 mètres de tuyaux remplis d’eau à une vitesse de 6 km/h, ce qui « représente une charge de deux tonnes » et la force de « 15 hommes pour accomplir cette tâche », selon Jean-Jacques Topalian. Cette force peut également servir à transporter un blessé placé sur un brancard ou encore des dizaines de kilos de matériel.

robot-pompier-paris-1

Ce robot permettra de « savoir où se trouve le feu, de déterminer la surface sur laquelle on va s’engager, notamment dans les parcs de stationnement couverts, de plus en plus profonds et où la température s’élève rapidement, ce qui complique les interventions », observe pour sa part le lieutenant-colonel Gabriel Plus.

A compter de la fin 2017, un ballon captif de 4 m3 de volume, doté de caméras et utilisable à 150 mètres de hauteur pour observer feux, inondations et autres sinistres, sera par ailleurs déployé. Et à partir de 2018, les pompiers seront également équipés d’un robot mule, qui permet d’apporter des bouteilles d’air, voire un brancard. « Cette permanence d’observation à partir du ciel nous aidera à déterminer la surface concernée par le sinistre, à repérer éventuellement une victime et, via une retransmission wifi sans fil au PC, à orienter le commandement des opérations de secours », précise l’officier.

Sinon, côté mode, les pompiers de Paris vont troquer leur tenue bleue contre une rouge. La veste comprendra trois couches permettant une meilleure protection face au feu et aux effets thermiques, dont un tissu extérieur en aramide comportant de nouveaux matériaux comme le kevlar. Pour un pin-pon bien pomponné !


Laisser un commentaire