Pour sauver notre planète un étudiant a eu l’idée d’un cyborg végétal

Un étudiant de l’école de Design industriel de Sèvres a présenté comme projet de fin d’étude un concept de robot visant à fournir aux plantes le cerveau et les jambes que la nature ne leur a pas octroyés. Projet qui nous semble intéressant et que nous avons donc voulu partager avec vous.

Plante cyborg ou robot botanique ?

Baptisé Gå.ia, le projet a pour ambition la création d’une nouvelle espèce de plante. Une plante cyborg ou un robot botanique ? C’est comme vous voulez. A mi-chemin entre la nature et la technologie, cet appareil sera un assistant pour les plantes existantes. Ce sera un moyen intelligent d’apporter les éléments essentiels à notre environnement : alimentation, protection et filtration de l’air.

humanoides_fr_plante_cyborg_ga_ia_pic4

Matthias Schmitt, son inventeur, propose de créer, une plateforme mobile permettant à l’utilisateur de déplacer la plante là où il veut. La plante pourra également, d’elle-même, gérer ses déplacements selon ses besoins en eau et en lumière. Équipé de nombreux capteurs (hydrométrique, thermique, de lumière, sonore, CO2, GPS), le support permettra de traduire le besoin de la plante en action concrète. Par exemple, si elle a besoin de soleil, la plante se déplacera pour aller le chercher. Mais pour les décisions plus complexes, dépolluer l’air par exemple, ce sera plutôt à l’utilisateur de dépêcher la plante dans la zone à filtrer.

humanoides_fr_plante_cyborg_ga_ia_pic1

Ce support intelligent fonctionne grâce à l’énergie solaire et à l’énergie produite par la photosynthèse de la plante. En les programmant convenablement, il pourra suivre des chemins déterminés ou au contraire ne pas emprunter certaines routes.

Le projet présenté par cet étudiant concerne dans un premier temps les plantes de petite taille, type Ficus. Mais il envisage d’adapter son support pour différentes tailles dans le futur, et prévoit une utilisation de son appareil à l’horizon 2020. Matthias pense que ce produit sera plutôt utilisé par des particuliers ou des municipalités et en intérieur. Le concept dépasse celui de la plante intelligente de Parrot reliée à une sonde et fournissant des informations sur celle-ci.

Un robot pour sauver la planète, rien que ça

Ce robot pourrait être très utile à l’heure où certains cherchent des solutions au problème de disparition des abeilles. Ces insectes s’occupent en grande partie de la pollinisation et sans elles, le pollen ne peut pas se disséminer dans l’air et se déplacer de plante en plante. Qu’à cela ne tienne, avec le projet Gå.ia, ce sont les plantes qui se déplacent et il suffit d’un peu de mouvement pour que le pollen puisse s’envoler.

humanoides_fr_plante_cyborg_ga_ia_pic2

Le projet a suscité l’intérêt de certaines grandes entreprises comme Dassault Systèmes. Espérons qu’elles soient aussi séduites que nous le sommes. Matthias Schmitt est bien épaulé puisque le soutiennent Jean-Claude Heudin, en tant que directeur de ce projet, et Dominique Sciamma en tant que directeur du Strate Collège. Gå.ia sera présenté à Innorobo l’an prochain.

humanoides_fr_plante_cyborg_ga_ia_pic3

Soutenez le projet en likant la page Facebook.


Laisser un commentaire

  1. gfort

    Je ne comprends pas les commentaires négatifs, je trouve que c'est une bonne idée, même s'il reste à voir dans quel sens le projet va évoluer, et je souhaite tout mon courage à Matthias ! Je me demande aussi si ajouter la capacité de déplacement à une plante aura un impact sur son comportement. Je ne sais pas si c'est voulu mais j'aime bien aussi le petit côté Pokémon dans le design du produit :-)

  2. Nathan

    Je trouve l'idée innovante et intéressante, le seul inconvénient est que la plante n'est pas vraiment autonome, alors cela n'a plus vraiment d’intérêt, c'est l'homme qui prend le contrôle de la plante, elle n'est donc pas libre. du fait, se sera la plante qui ira chercher le soleil la où elle en a besoin ou c'est l'homme qui va la guider? Pour moi, ça reste un peu flou, mais c'est peut-être l'article qui manque d'informations...

  3. Starkius

    Bonjour,
    Je me demande quels seront les coûts écologiques liés à la fabrication, l'entretien, puis la destruction d'un tel engin? Dans la proportion de villes entières, je trouve à première vue cette idée inquiétante. Il me semble surtout déplacé (ou carrément malhonnête?) d'en faire la promotion via la sauvegarde de notre environnement (cf. "solution" à la disparition des abeilles). Si j'ai bien compris, en minant des métaux rares à travers le monde, en les acheminant via de gros cargos vers de grosses usines, on produira plein de petits robots qui s'occuperont des dernières plantes chétives et mal adaptées qu'il nous restera? Et cela c'est censé remplacer les abeilles? Concept d'universitaire en mal de projets concrets par excellence..

  4. Moiira

    Bonjour,

    Je trouve le projet très intéressant, ne serait-ce que par l'initiative prise par un étudiant, le suivi dont il a bénéficié et la réalisation qui en a résulté.
    Les villes se construisent au détriment (je trouve) des espaces verts existants, et proposer des solutions pour les "réintroduire" ne peut être que bon. Il ne s'agit pas de trouver immédiatement la solution (mais si c'est le cas tant mieux), mais d'y réfléchir et de tester.
    Donc bonne continuation !

  5. Matthias Schmitt

    Alors sachez monsieur que je connais ce projet et que je le suis de tres pres. Le plagia est une copie pur d'un projet hors la démarche et les enjeux de mon projet n'ont rien a voir avec la filtration des métaux lourd des riviéres. Mon idée est de donner aux plantes des capacités nouvelles hors ce n'est en aucun cas l'intéret du projet de monsieur Gilberto. Votre commentaire est odieux! Je suis suivis et aidé de professionnels du milieu et vous insulté tout un monde de par vos propos. Votre no comment vous auriez dut l'appliqué en vous abstenant de parler de choses que vous ignorez. Bonne soirée.

  6. Gilberto

    Ce projet est un vulgaire plagia de la création de plantas nomadas finalisé en 2010 par Gilberto Esparza: http://www.plantasnomadas.com http://vimeo.com/18853622

    Rien n'est originale dans l'idée de cet étudiant . Il est facile de pomper des idées sur internet. Le problème est que le projet de Gilberto Esparza est connu internationalement. Il as reçu plusieurs prix. Soit cet étudiant n'a pas prix la peine de faire des recherches avant.... ce qui semble peu probable et peu professionnel de sa part. Soit il a réutilisé cette idée en toute connaissance de cause... no comment...

  7. Or3l

    Ah oui j allais oublier ... Je cite " des personnes compétentes ont étudiés et blabla bla " ...
    Sérieux?
    Y a vraiment des gens payés a rien .
    J aurais honte de tenir de tels propos si je me disais scientifiques vouloir le bien de la flore terrestre .
    A bons entendeurs.salut

  8. Or3l

    La je suis mdr ! C est ridicule! Au mieux un joujou pour les gens qui veulent une plante sans s en occuper... Encore ridicule.
    Vous parlez de besoin de la plante , mais je pense que prohiber la pollution , les ogm, les pesticides et consort, lui serait bien plus profitable.
    Mais bon faudrait surtout pas toucher a notre mode de vie capitalisme , de consommation ( par définition ... De destruction) .

    N importe quoi !

  9. RayonX

    "scientifiquement ridicule"... C'est un peu fort. Le concept semble pertinent à bien des égards. A voir comment il pourrait être exploité. L'avenir nous le dira :)

  10. M.A.P

    Les plantes ne sont condamnées à rien. Les plantes n'ont et non jamais eu besoin de se déplacer. Si elles en avaient eu besoin, la sélection naturelle les aurait fait se déplacer.
    Ce que ce projet révèle, c'est l'incapacité terrible de l'Homme à comprendre les plantes, à comprendre qu'elles ne sont pas inférieures de par leur immobilité et leur absence de réflexion.
    Croyez vous vraiment en la supériorité de l'Homme à point tel qu'il serait capable de "sauver" un monde végétal qui n'a jamais été en danger, balayer des millions d'années d'évolution par son génie technique?
    De plus, si l'optimisation était réellement au cœur de ce projet, il aurait été préféré un fardage par roues et non pas par pattes, qui ont des pertes mécaniques très importantes. Seulement voilà, lui mettre des pattes ça fait plus animal, plus vivant, enfin surtout plus "comme nous". Les plantes n'ont pas besoin d'être comme nous. Elles étaient là avant nous, et seront encore là une fois l'Homme disparu.
    Et quelles plantes ont le plus d'effet bénéfique sur l'Homme? Cette petite pousse de 50cm de haut? Non. Mais appliquer cette idée à un arbre de 10m de haut dont les racines s'étendent sur une demi-sphère de 20m de diamètre, ce serait plus difficile... Pourtant, c'est bien cet arbre de 10m de haut qui est le plus utile à l'Homme.
    Je ne parlerai même pas de l'aspect écologique désastreux... Une batterie et plusieurs moteurs pour chaque plante d'appartement... Quelle plaisanterie.

    Ce pot de fleur sur patte qui bride le système racinaire et pompe l'énergie de la plante est scientifiquement ridicule, tout simplement.

  11. Matthias Schmitt

    Cher William, je suis l'auteur de ce projet et je vais vous expliquer le but ce projet. Les plantes sont condamnées dans le sens ou elles ne peuvent pas suivre ni la lumiere ni l'eau. Bien sur il y a certaines plantes qui ont un "comportement" approchant de cela de par leur mouvement de rotation tel que le tournesol ou bien le mouvement des racines vers les points d'eau. Mais c'est bien là uniquement de la croissance et un mouvement "fixe". Les plantes ont des qualité naturelle de filtration, d'ornement, de repousse nuisible etc mais ce n'est en rien le robot qui leur permettent ça. C'est là une application de leurs principes naturel que j'exploite. Enfin l'intelligence ce fait certes par un programme mais c'est un programme évolutif qui s'adapte selon le type de plante etc. L'homme ne "croit" pas aux besoins des plantes, ils les a étudiés et analyser, des personnes qualifiées ont travaillé dans ce domaines. Il ne faut pas croire que ce concept de robot est infaillible mais une expertise scientifique et robotique est a l'origine de Gå.ia. Merci de votre attention et de vos critique. :)

  12. William

    Les plantes sont-elles réellement condamnées à rester là où elles naissent ? N'est-ce pas mieux pour elles ? La présentation du robot dit qu'il permettra à la plante de filtrer naturellement l'air, de repousser les nuisibles, d'améliorer l'aspect de l'environnement et de nourrir les humains, mais les plantes ne savent-elles pas faire ça sans robot ? De plus, ce robot ne rend pas la plante plus intelligente puisque c'est la programmation que l'homme lui inculque qui la fait bouger, c'est ce que l'homme croit qui est important pour elle que le robot cherche, pas ce qui est réellement bon pour elle.

  13. Raphaël

    Intéressant, notons qu'en 2001, l'artiste Japonais Masaki Fujihata avait tenté une approche similaire avec des scientiphiques dans le projet Orchisoid http://www.mobilisable.net/2008/wp-content/uploads/2008/10/orchisoid_det_tr.jpg

    http://www.mobilisable.net/2008/

  14. Philippe

    Bravo à l'étudiant, je trouve ce projet très intéressant et ce serait effectivement souhaitable qu'un investisseur s'y intéresse de près!
    Bonne continuation