Premier procès aux Etats-Unis pour utilisation de drone sans autorisation de vol

La peine encourue s’élèverait à $10.000, mais l’avocat de Raphael Pirker, plus connu sous son nom de pilote Trappy, est confiant. La FAA reproche à ce pilote des faits qui remontent au 17 octobre 2011 où le pilote avait opéré un drone un peu trop proche de la population…

Trappy est célèbre pour ses nombreux exploits au dessus de Manhattan et depuis que ses vidéos ont fait le tour du web. Souvenez-vous… Il fait partie de la team Black Sheep.

La communauté de pilote de drones reste assez tranchée sur ce cas inédit : comme vous le savez, il n’existe pas encore de réglementation  précise aux Etats-Unis, pour les vols d’UAV. La FAA, l’administration en charge des réglementations et des contrôles de l’aviation civile américaine, est tout de même assez claire sur ce genre d’incident. Elle n’autorise les manœuvres d’aucun appareil sans pilote au-dessus d’une zone urbaine dense, tout simplement, parce que l’engin représente potentiellement une menace pour le public.

Voici la vidéo en question :

Dans ce cas précis, Trappy a réalisé en 2011 un film pour le compte de Lewis Communication, en pilotant son appareil en immersion (first person view) au dessus de l’université de Virginie. La FAA lui reproche d’avoir fait volé un UAS trop près de la population, trop près d’installations (routes, chemins de fer, heliport, …) et sans avoir d’autorisation de vol.

Là où le cas se complique c’est que Trappy n’est pas américain mais autrichien, et qu’il possède un avocat qui veut le défendre, et qui parle au nom de toutes la communauté de pilotes de multirotors. L’affaire est historique puisqu’elle pourrait devenir la première condamnation d’un pilote de drones amateur et déterminer l’avenir des UAVs aux Etats-Unis.

Et voici une interview de l’avocat de Trappy, Maître Brendan Schulman :


Laisser un commentaire