Premier vol du drone de combat chinois Lijian

Le drone de combat furtif chinois a effectué son premier vol hier, dans le Sud-Ouest du pays, faisant de la Chine, la quatrième nation à faire voler avec succès un appareil sans pilote de type UCAV (Unmanned Combat Air Vehicle). Quelques photos du Lijian ont été dévoilées sur différents forums chinois.

Lijian signifie épée tranchante en chinois. Le vol d’essai a duré une vingtaine de minutes. Il s’agit d’un drone en aile delta, monomoteur, au design très ressemblant au nEUROn européen, au X-47-B de Northrop Grumman ou au Taranis de BAE Systems. Mais il se rapprocherait plus du russe MiG Skat.

Lijian a été conçu comme appareil commun pour l’Armée de l’Air chinoise et la Marine. C’est un drone pour le combat, la détection et la reconnaissance. Sa taille lui permet de s’intégrer aisément sur les porte-avions. Il est capable d’évoluer à très haute altitude pour des missions de surveillance, notamment dans les mers de l’Est et du Sud de la Chine. Les relations sont un peu tendues avec ses voisins japonais, comme le montre cet incident du mois de septembre.

humanoides_fr_drone_lijian_combat_chine

humanoides_fr_drone_lijian_combat_chine_2

Lijian a été conçu conjointement par le groupe Hongdu Aviation Industry et Shenyang Aviation Corporation. Le projet date de 2009 et les première images du démonstrateur sont sorties dans la presse en décembre 2012 lors des premiers essais au sol.

Ce n’est pas le premier appareil furtif chinois puisque le pays développe simultanément deux avions de combat furtifs, les J-20 et J-31. En matière de drones, l’asiatique tente de rattraper son retard puisqu’il développe au moins un engin sans pilote, baptisé Soar Dragon, qui s’apparente au Global Hawk américain.

humanoides_fr_drone_soar_dragon_combat_chine

Un rapport du Pentagone datant de mai dernier faisait déjà état de l’existence du drone Lijian. Dans ce même rapport le Pentagone pointe du doigt que la Chine cherche à voler et copier les technologies existantes en matière d’électronique, semi-conducteurs et microprocesseurs, et de systèmes de guidage et de contrôle plutôt que de les développer par elle-même.

La Chine est donc la quatrième nation, après les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, à avoir réussi un vol avec un drone de combat furtif. D’autres pays complèteront bientôt cette liste : l’Inde, l’Iran, Israël, l’Italie, la Suède et la Russie. Affaire à suivre…


Laisser un commentaire

  1. Daniela

    5ème en fait,
    Israël ayant déjà développé et utilisé des drones de combat depuis des décennies.
    Ce dont il ne s'en est jamais caché.
    Quand à la "furtivité" du Lijian, elle n'est présente qu'en vol plané ou doté d'un réacteur beaucoup plus discret, car celui présenté sur les photos est un véritable aimant à capteurs IR.
    Par contre son agilité devrait être plutôt intéressante, sa structure pouvant encaissé un nombre de G conséquent sans broncher.