La lutte fait rage entre les constructeurs de voitures autonomes de la Silicon Valley

Chris Urmson

Les acteurs majeurs du secteur en plein boom des voitures autonomes mènent un combat de plus en plus vicieux. A l’image du procès qui oppose TesLa à l’ancien cerveau de Google Car.

Tenez-vous bien, la Silicon Valley est en pleine guerre des voitures autonomes. Ce marché qui s’annonce très lucratif vit en effet ses premières heures sombres. Waymo, la filiale d’Alphabet dédiée à la voiture autonome a décidé d’engager des poursuites contre Uber et sa filiale Otto qu’il accuse d’avoir dérobé des informations confidentielles sur sa technologie de capteur laser LIDAR. Les voici donc enfermés depuis des semaines dans une bataille judiciaire qui vire au drame. Un ancien Googler répondant au nom d’Anthony Levandowski aurait pillé les secrets de la boîte pour tout livrer à son nouvel employeur, Uber. Mission Impossible ? Pas vraiment.

Anthony Levandowski

Le 5 avril dernier, un juge fédéral a averti Uber que la preuve que Waymo a apportée contre Anthony Levandowski est la « plus forte qu’il ait vue en 42 ans« . L’accusation affirme en effet que sa technologie de capteur laser type Lidar lui a été dérobée par Levandowski, lui qui a quitté l’entreprise début 2016 pour cofonder Otto, acquis par Uber pour 680 millions de dollars. Avant de quitter Google, Levandowski aurait téléchargé près de 14 000 dossiers confidentiels contenant notamment les plans des circuits électroniques du capteur Lidar qui joue un rôle central dans le système de guidage d’une voiture autonome. Ce qui aurait permis à Uber de gagner un temps précieux dans le développement de son programme de transport autonome. Pour sa part, Levandowski nie les allégations. Mais le tribunal a ordonné que ce dernier ne travaille plus sur le programme, jusqu’à nouvel ordre.

Chris Urmson en procès avec Tesla

Mais ce n’est pas tout. Selon un nouveau rapport, Chris Urmson, le fameux ex de Google, fait face à un procès explosif avec Tesla alors qu’il vient de lancer son entreprise Stealthy McStartup. La firme secrète d’Urmson a attiré des ingénieurs d’Uber, de Google, de Nvidia et de… Tesla.

Plongé dans un procès débuté en janvier, le constructeur d’automobiles électriques basé à Palo Alto a formulé des allégations remarquablement similaires à celles prélevées par Waymo contre Uber. Le procès fait référence au lancement d’Otto. Mais aussi à certains coups bas d’Urmson et Sterling Anderson, le co-fondateur de Stealthy. Anderson, tout en travaillant à Tesla, aurait recruté secrètement des ingénieurs de la branche Tesla Autopilot pour son entreprise en herbe avec Urmson. Il aurait également volé selon l’accusation des centaines de gigaoctets de données confidentielles de Tesla, tout en apportant un nouveau design à son ordinateur portable d’entreprise pour tenter de dissimuler les preuves… Digne de Hollywood !

 

Google Car

Pour l’heure, aucune des allégations de Tesla n’a été prouvée. Mais ces dernières affaires du milieu des voitures auto-conduites prouvent bien que ce marché est au coeur d’un virage décisif. Les acteurs du secteur sont en effet sur le qui-vive, à l’aube de lancer sur le marché un nombre important de véhicules sur les routes publiques d’ici 2020. Ce qui attise la lutte sur les parts de marché à saisir dès maintenant. Dans le milieu, il se murmure d’ailleurs que le marché de la mobilité partagée, qui constitue un axe majeur des entreprises de véhicules autonomes, pourrait atteindre les 2,6 milliards de dollars d’ici 2030. On comprend mieux cette foire d’empoigne.


Laisser un commentaire