Prothèse bionique : un homme amputé retrouve le sens du toucher

Une personne amputée du bras gauche a réussi à retrouver le sens du toucher grâce à une prothèse reliée à ses nerfs périphériques. Ce membre bionique au stade de prototype est développé conjointement par des scientifiques suisses, italiens et allemands. Un pas de plus vers des solutions fiables pour les personnes dites augmentées.

Dennis Aabo Sørensen, 36 ans, est un homme heureux : grâce aux chercheurs de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne en Suisse et à la Scuola Superiore Sant’Anna de Pise en Italie, et dans le cadre d’un projet européen LifeHand 2, il est désormais capable de se saisir d’objets de manière tout à fait naturelle.

Prothèse bionique de la main développé par des suisses italiens allemands

Comme Jan Scheuermann et Nigel Ackland, tous deux amputés et ayant subi une greffe de main bionique, Dennis possède maintenant un système sensoriel artificiel relié aux nerfs périphériques du haut de son bras gauche, qui lui permet de moduler la force avec laquelle il saisit des objets, ou identifier leur forme et leur consistance.

J’ai pu ressentir des sensations que je n’avais plus ressenties depuis neuf ans, témoigne Dennis. La réponse sensorielle de la prothèse était vraiment incroyable. Lorsque je soulevais un objet, je pouvais sentir s’il était doux ou dur, rond ou carré.

Retrouver le sens du toucher avec une main artificielle

Traduire le signal électrique en impulsion nerveuse

Silvestro Micera et son groupe de recherche ont équipé leur main artificielle de capteurs qui réagissent à la tension de tendons artificiels. Le système transforme en courant électrique les informations émises lorsque le patient manipule un objet.

En soi, les signaux électriques ne constituent pas une information que le système nerveux peut interpréter. Pour les convertir, les chercheurs ont mis au point une série d’algorithmes. Une fois traduits en un langage analogue aux impulsions nerveuses, les signaux peuvent être transmis aux quatre électrodes greffées sur les nerfs périphériques du bras du patient. Le sens du toucher est rétabli.

C’est la première fois que nous parvenons à rétablir une perception sensorielle en temps réel avec un membre artificiel, explique Silvestro Micera.

Nous craignions qu’après neuf ans la sensibilité des nerfs de Dennis ne soit trop réduite», commente Stanisa Raspopovic, premier auteur et chercheur à l’EPFL et à la SSSA. Des inquiétudes finalement balayées avec le succès des tests à Rome.

Prothèse bionique à l'EPFL de lausanne

Développées par le groupe de recherche de Thomas Stieglitz à l’université de Freiburg (Allemagne), des électrodes ultra-minces et précises permettent de transmettre efficacement les signaux électriques au système nerveux. Le chercheur allemand a dirigé de nombreuses recherches préliminaires, afin de s’assurer que les électrodes continueraient de fonctionner une fois greffées au patient, tout particulièrement après la repousse du tissu cicatriciel. Les électrodes étaient conçues pour être implantées de manière transversale dans les nerfs périphériques – une première mondiale.

Le premier membre artificiel pourvu d’un système de perception sensorielle

Le prototype marque les premiers pas vers la réalisation d’une main bionique complète, capable de restituer non seulement les fonctions de base, mais aussi les sensations. Pour autant, il faudra encore patienter quelques années avant que la technologie ne soit disponible pour les personnes amputées. A l’avenir, il s’agira de miniaturiser les composants électroniques et de les intégrer à la prothèse. Enfin, les scientifiques comptent affiner leur dispositif sensoriel, afin d’atteindre une meilleure résolution du toucher, et pour que le patient puisse ressentir les mouvements des doigts avec plus de précision.

Conformément à la législation sur les essais cliniques, la prothèse ainsi que les électrodes lui ont été retirées au bout d’un mois. Il a donc retrouvé sa prothèse artificielle traditionnelle peu précise, qu’il doit constamment surveiller afin d’éviter d’écraser les objets qu’il manipule.

Prothèse bionique à l'EPFL de lausanne


Laisser un commentaire

  1. Toscano

    je suis moi même amputede la main droite j'aimerais moi aussi pouvoir accéder à ce genre de prothèse pourriez-vous me contacter sur mon e-mail