Santé : un patient recouvre la vue grâce à un robot chirugien

chirurgie oculaire avec le robot R2d2

Deux médecins britanniques ont réalisé avec succès une opération de chirurgie sur la rétine d’un patient grâce au système robotisé R2D2.

Les débuts remarqués de la robotique chirurgicale

L’événement est bel et bien une première. Il y a peu, la machine STAR opérait pour la première fois sur des tissus mous de porc, et présageait déjà un avenir radieux pour la robotique chirurgicale. Mais nous étions encore loin de réitérer l’opération sur un être vivant, et encore moins sur un être humain.

Dans l’hexagone, Medtech, l’un des fleurons de la French Tech, commercialise également des machines particulièrement réputées pour leur efficacité. A tel point que l’entreprise a fini par passer sous le pavillon américain de Zimmer Biomet. Son produit phare, Rosa Spine, a été lancé en 2014 et doit assister les chirurgiens lors des opérations très délicates de la moelle épinière. Assister, car elle ne prend en aucun cas l’opération en main. Elle se contente plutôt de quadriller le corps du patient avec des lasers afin de bien indiquer au chirurgien où opérer. Aux Etats-Unis, Da Vinci réalise le même type d’opération et n’occupe jamais le premier rôle.

L’opération de l’œil d’un patient bien vivant est donc une première.

Le robot R2D2 retire une membrane de l’œil d’un patient

Pour cette première mondiale, les médecins et roboticiens britanniques de l’University d’Oxford auront été assistés d’un appareil nouvelle génération. Baptisée R2D2, Robotic Retinal Dissection Device est, comme son nom l’indique, une machine spécialisée dans la dissection rétinale.

Des opérations oculaires ont par le passé déjà abouti, comme avec le dispositif Argus II. Mais il s’agissait de l’implantation d’un œil bionique sur un patient et non d’une opération de chirurgie.

Dans le cas présent, R2D2 s’est véritablement substitué aux docteurs Robert MacLaren et Thomas Edwards qui ont piloté l’opération de façon télé-guidée. Une prouesse qui pourrait révolutionner la chirurgie de précision où l’Homme ne saurait concurrencer la fiabilité d’une machine. Car ici, c’est de précision d’une extrême finesse dont il a été question. L’opération a consisté à manipuler une membrane rétinale de moins d’un centième de millimètre qui se trouvait à l’arrière de l’oeil droit du Révérend William Beaver. Et ce en entrant et ressortant l’instrument au fil des étapes à travers un minuscule trou de moins d’un millimètre de diamètre.

Du haut de ses 70 ans, le révérend souffrait d’une déformation de la rétine qui occultait considérablement sa vue. Et grâce à cette opération millimétrée, il a pu recouvrer sa vue. Un exploit qu’une main humaine n’aurait pas pu réaliser du fait de ses tremblements, aussi légers soient-ils, puisqu’à cette échelle le moindre mouvement de trop peut-être décisif.

Pour y parvenir, la main robotique a été conçue avec pas moins de 7 moteurs, chacun étant séparément contrôlé par un ordinateur. De quoi obtenir une précision de l’ordre du 1000ème de millimètre. Ce bijou de technologie a été fabriqué par le hollandais Preceyes BV. Ces deux dernières années, les ingénieurs de la société ont travaillé aux côtés de l’Université d’Oxford et de son laboratoire d’ophtalmologie pour mener ce premier essai inédit. A la fin de l’opération, le docteur Robert MacLaren a déclaré qu’il avait « sans nul doute assisté à la chirurgie oculaire du futur« . Et de rappeler que malgré les grandes avancées de la technologie, « les scanners lasers et les microscopes permettent de surveiller les maladies rétinale à l’échelle microscopique, mais que les choses qu’on y voit dépassent les limites physiologique de ce sur quoi une main humaine peut opérer. Grâce à ce système, nous ouvrons un nouveau chapitre de l’opération oculaire qui ne pouvait pas être réalisée auparavant« .

suivi par microscope de la chirurgie oculaire robotisée

L’opération a été soutenue par l’University d’Oxford et son Centre de Recherche Biomédicale et de la fondation Zizoz. Résultat, R2D2 est parvenu à retirer la membrane défaillante qui provoquait une déformation de la rétine du révérend.

A noter que l’opération n’a aucunement été menée de façon autonome par le robot. Ce sont les chirurgiens qui l’ont menée par l’intermédiaire de l’appareil et de sa tablette tactile. Afin de suivre l’évolution de leurs manipulations, l’un des docteurs gardait toujours un œil sur un microscope, offrant une vue imprenable sur la membrane en question. Il faut donc plus voir R2D2 comme une extension statique de la main humaine.


Laisser un commentaire