Re2 Robotics livre deux habiles robot-démineurs à l’US Army

le robot HDMS 551s1 en action

Développé par la société Re2 Robotics en partenariat avec le Ministère de la Sécurité Intérieure (Homeland Security) et l’US Army, le robot Highly Dexterous Manipulation System, ou HDMS-551s1, est un prototype de robot démineur. Il a été remis en deux exemplaires au Centre de Recherche, de Développement et d’Ingénierie de l’Armement américain (ARDEC) dans le cadre d’un partenariat public-privé SBIR pour faire l’objet de quelques améliorations.

Re2 Robotics est une entreprise de robotique créée en 2001 et basée à Pittsburgh en Pennsylvanie. Spin-off de l’Université Carnegie Mellon, elle a dévoilé son robot mobile pour la première fois en octobre 2015 à l’occasion d’un Tech Day, aux côtés de 37 autres entreprises participant également au projet SBIR (Small Business Innovation Research) depuis 2010. Un programme créé sous la houlette de Ronald Reagan en pleine guerre froide et qui répond à quatre objectifs : stimuler l’innovation technologique, répondre aux besoins technologiques du gouvernement fédéral, encourager la participation entrepreneuriale des individus discriminés (23% des récompenses étant allouées aux business détenus par des femmes ou des minorités), et enfin, augmenter la commercialisation de produits issus du secteur privé mais financés par des fonds publics. Depuis la première édition en 1982, le programme a déjà alloué plus de 40 milliards de fonds, l’armée étant très friande de nouvelles technologies, notamment pour mener à bien une stratégie de guerre moderne, aux pertes minimales.

Robot TALON de Foster Miller

Concrètement, chaque agence gouvernementale qui possède un budget R&D supérieur à 100 millions de dollars doit en allouer 2,2% pour ce programme, puis 3,7% à partir de 2017. Le Ministère de la Défense en tête avec 1 milliard de dollars, viennent ensuite les ministères de la Santé et Services et de l’Energie qui financent respectivement pour 800 et 206 millions de dollars. Il a notamment permis de révéler des entreprises comme iRobot, Symantec ou Qualcomm. Il se déroule en trois phases. La première visait à déterminer quels projets pouvaient être éligibles et faisables, avec une récompense maximale de 150 000$. Seuls les nominés ont ensuite pu s’engager dans la phase II et prétendre à la récompense d’un million de dollar et qui consistait à présenter son prototype. La troisième phase, qui devrait débuter courant 2017, vise à assurer le processus de commercialisation du produit résultant des phases précédentes. Cet ultime volet n’est pas financé par le programme, qui se contente d’encadrer la démarche de commercialisation.

Le robot démineur HDMS 551s1

Le robot HDMS 551s1 est donc un robot destiné au déminage de dispositifs explosifs (EOD). Du fait de l’extrême prudence nécessaire aux opérations de déminage, le robot est pilotable à distance par un humain. RE2 Robotics a mis au point un système de contrôle à distance particulièrement précis et fluide.

Il se présente sous la forme d’un duo de bras ergonomique et intuitif qui permet à son utilisateur de contrôle le robot avec une extrême dextérité. De telle sorte que le pilote peut saisir des objets avec un bras et en manipuler un autre avec le second bras. L’entreprise anticipe déjà de futurs détournements de son usage originel. Il pourra ainsi servir dans les opérations de déminage, de manipulation d’armes biologiques et chimiques ou dans un cadre radioactif. Cette amélioration des manipulations d’explosifs a pour conséquence directe de « réduire la durée de la mission et donc d’assurer une plus grande sécurité de tout le personnel engagé dans l’opération » explique Jorgen Pedersen, CEO de RE2 Robotics. Le sytème HDMS 551s1 a été conçu pour soulever des charges allant jusqu’à 55 kg, avoir suffisamment d’adresse pour opérer des manœuvres délicates, être intégré sur de robots relativement petits et enfin avoir un coût de revient intéressant pour être utilisé à grande échelle.


Laisser un commentaire