LumiereVR ou la réalité virtuelle et la robotique au service du cinéma

En 2016, la réalité virtuelle a débarqué avec fracas sur le marché, et les applications de cette technologie sont chaque jour plus nombreuses et innovantes. Démonstration avec le studio LumiereVR.

LumiereVR, la start-up qui révolutionne le cinéma

Créée en 2015, cette start-up tout droit venue de la Silicon Valley est composée d’ingénieurs et professionnels de l’audiovisuel californiens.

A la tête de la société, Jenny Guo, une entrepreneuse passée par la prestigieuse école de cinéma de Columbia. Elle est CEO de l’entreprise qu’elle a co-fondée avec Travis Wu, qui lui, a fait ses classes à l’école de Computing Biomédical du Queen’s (logiciels informatiques). Ils se sont associés à Jack Qiao, un développeur VR qui travaille pour le Blostein VR Lab de l’Université du Minnesota. Ainsi qu’à deux anciens du MIT Media Lab : le réalisateur de film Nathan Saucier qui s’occupe de la post-production chez LumiereVR et Denis Tortum, qui en prend la direction artistique.

Jenny Guo et Travis Guo, co-fondateurs de LumiereVR

Leur mission ? « Démocratiser le cinéma en VR« . Pour ce faire, l’équipe veut « fournir des solutions pour rendre le tournage en VR plus accessible et plus flexible« .


Dirigez-vous à l’aide de votre souris en cliquant dans la vidéo pour une démonstration d’immersion 360°.

Lumi, le robot caméra-man

Mais pour se démarquer de la concurrence (le marché de la VR dans le cinéma est en plein essor), la start-up a sorti un argument de choix : elle est en cours de fabrication d’un robot caméra-man. Baptisé Lumi, cette caméra intelligente consiste en réalité en un dispositif équipé de multiples caméras pour assurer une prise de vue à 360°, équivalent terrestre des drones VR Janus. Mais ce n’est évidemment pas tout, l’équipe travaille sur de multiples fonctionnalités qui autonomiseront pour partie les opérations techniques de tournage. Dans une vidéo, Travis Wu, qui développe le prototype, fait la démonstration d’un contrôle vocal du robot. L’idée « c’est de se débarrasser de toute l’équipe de tournage qui vient polluer l’image lorsqu’on doit changer de plan ou se déplacer« .

lumiere-vr-lumi-2016-4

Avec l’auto-follow, le présentateur peut marcher et la caméra le suivra de près, plus besoin de toute une équipe de techniciens pour balader la caméra en risquant d’entrer dans le champ de vision de la lentille. Le but étant d’accorder plus de liberté et de flexibilité aux réalisateurs de contenus vidéos en leur permettant de rester plus facilement en hors-champ, tout en assistant les mouvements de la caméra. Pour ce faire, la compagnie se targue d’avoir mis au point un logiciel maison de live-stitching (édition immédiate) qui permet d’éditer les images capturées par les différentes caméras et donc d’éviter au mieux les superpositions d’images.

Partenariat avec HTC

HTC, l’équivalent chinois de Samsung ou Sony s’attaque à tous les marchés : appareils photos, smartphones, objets connectés, wearables et last but not least, la réalité virtuelle. Le chinois a été l’un des premiers à sortir son casque de VR, le HTC Vive, le même appareil que Dassault Systèmes utilise pour ses recherches sur la réalité virtuelle.

Et pour accompagner l’essor de ce marché, HTC n’y est pas allé de main-morte, il a créé en juin dernier un Venture Capital exclusivement dédié à cette technologie et doté de 10 milliards de dollars. Un montant conséquent qui vient d’être relevé à 12 milliards de dollars après que l’entreprise ait dévoilé le cru de start-ups qui seront épaulées par son accélérateur HTC Vive X et que de nouveaux investisseurs ont rejoint l’aventure (dont SoftBank). Une palette de 33 pépites qui couvre les domaines du divertissement, du jeu-vidéo, des applications, des instruments, et de l’éducation et du médical. Parmi elles, on retrouve la start-up LumiereVR. Le but ? « Cultiver et faire grandir l’écosystème de la VR en soutenant les startups avec notre expertise, nos investissements et notre mentorat » peut-on lire sur la page du Vive X.

Jenny Guo, CEO de LumiereVR, a accueilli la nouvelle avec enthousiasme, soulignant le soutien d’HTC pour développer des solutions pour les studios de cinéma, car selon elle « l’Art met au défi la technologie et la technologie inspire l’Art« .

Bande-annonce du premier documentaire filmé en VR par la société.


Laisser un commentaire