Rééduquer des patients grâce au jeu Pong

Rééduquer des patients grâce à au jeu Pong

Pong est un jeu d’arcade sorti en 1972. Le jeu, l’un des premiers jeux vidéo commercialisés, consiste en deux barres blanches se renvoyant une balle, simulant une partie de Ping-Pong. Tombé en désuétude depuis longtemps, il a été remis au goût du jour dans une technique de rééducation pour les patients atteints d’accidents cardio-vasculaires.

Les AVC laissent la plupart du temps des séquelles importantes aux personnes touchées, le plus souvent, une difficulté à bouger les épaules, les bras et les mains. Plusieurs méthodes de rééducation existent, la plupart du temps, elles comprennent une prothèse d’assistance qui aide le patient à effectuer les mouvements. Toutefois, 4 centres de rééducation au Royaume-Uni ont mis une nouvelle technique en place.

Cette approche progressive pousse les muscles et les connexions nerveuses perdues à cause de l’attaque à se reformer. Les patients ont pour la plupart noté des améliorations, parfois jusqu’à 5 ans après leur AVC. Les patients sont assis en face d’un écran d’ordinateur et posent leur bras sur le support robotisé. Le bras du patient dirige un bras robotique relié à l’ordinateur. Le bras robotique contrôle le curseur ou le point à l’écran pour permettre au patient de jouer.

Un robot pour aider à la rééducation

Chaque jeu a un objectif spécifique. Ainsi, le jeu de Pong a pour but de renforcer les muscles du poignet du patient. Si le support robotique sent des difficultés chez le patient, il assiste le mouvement pour aider les muscles. Dans un autre jeu, les patients doivent bouger un point depuis le centre d’une horloge jusqu’à chaque heure en repassant par le centre. L’objectif ici est d’aider la rééducation de l’épaule. Selon le docteur Helen Rodgers, cette pratique est « amusante et les patients ont un retour visuel immédiat que leur bras fait quelque chose, ce qui est une immense motivation. »

Le bras robotisé a été développé par le MIT après des études prouvant que la technologie est très efficace dans la rééducation du bras. L’essai clinique comprend 700 patients, divisés en trois groupes. Le premier bénéficie de la rééducation robotisée, le deuxième de la physiothérapie intensive et le dernier de la physiothérapie traditionnelle. L’étude a accepté des patients qui ont souffert d’un AVC entre il y a 5 ans et aujourd’hui. Selon le Dr Rodgers, « il est meilleur de commencer la physiothérapie juste après une attaque, mais il a été démontré que le mouvement peut être récupéré même s’il y a un délai. »

Utiliser le robot pour la rééducation présente entre autres l’avantage de permettre aux physiothérapeutes d’avoir plus de temps pour leurs autres patients. De plus, le robot collecte des données sur les progrès du patient permettant de créer des courbes de progrès plus facilement. Pour le Dr Rodgers, ce système devrait amener les progrès faits dans la rééducation des membres supérieurs au niveau de ceux atteints dans la rééducation des membres inférieurs. Actuellement, entre 30 et 66 % des patients ayant souffert d’un AVC recouvre leurs capacités motrices contre 1 sur 5 pour l’usage des épaules et des bras.


Laisser un commentaire