« RoBirds », des drones aux allures d’oiseaux de proie, imprimés en 3D

Drone ou oiseau ?

Les faucons pèlerins et les aigles ont sur les oiseaux pilleurs de récoltes un effet particulièrement dissuasif. Malgré leur silhouette somme toute assez simple, avec les ailes battantes, ces drones « épouvantails » sont en fait très complexes, embarquant même un ordinateur de bord.

Ces robots rapaces, imprimés en 3D, baptisés « RoBirds », sont utilisés pour effrayer d’autres oiseaux. Comme le montre la vidéo ci-dessous, leur propulsion « ailes battantes » donnent un vol assez proche de celui des véritables rapaces.

Drone oiseau Robird de Clear Flight Solutions

Les oiseaux pilleurs n’ont plus qu’à aller voir ailleurs…

Selon la société Clear Flight Solutions qui les a mis au point, « La version robot du faucon pèlerin parvient à intimider les oiseaux aussi sûrement qu’un rapace réel. » Après quelques vols au-dessus des champs à protéger, la population d’oiseaux semble comprendre qu’il vaut mieux essayer de chercher de la nourriture ailleurs. Cette approche astucieuse du problème des volatiles indélicats pourrait s’avérer particulièrement utile, notamment sur les sites agricoles et à proximité des aéroports.

Au cours de ces dernières années, la société qui a créé ces drones spécifiques, implantée à Twente, aux Pays-Bas, s’est développée en levant notamment 1,6 million d’euros auprès de fonds d’investissement et d’investisseurs américains.

Cependant, le fondateur de cette entreprise, Nico Nijenhuis, estime que ses oiseaux de proie télécommandés sont encore perfectibles. Pour lui, « L’avenir de cette technologie passe par une totale autonomie des RoBirds. »

Un drone oiseau au dessus d'un champ

« RoBirds », des drones aux allures d’oiseaux de proie, imprimés en 3D


Laisser un commentaire

  1. Julie1961

    C'est un procédé stupide. L'humains ne savent plus quoi inventer pour nuire à la Nature. C'est bien l'humain qui bétonne tout et pile les ressources de la Terre tout en gaspillant. Ne serait-il pas plus sage d'éduquer l'Homme ? Les ordures ça se conditionne, ça s'emballe correctement. Mais comme d'habitude, on accuse le monde animal là, où on laisse l'humain laxiste et sale.