Coup de sifflet final de la RoboCup 2016 de Leipzig

Cette semaine, la ville allemande de Leipzig accueillait la coupe de monde de football des robots : la RoboCup 2016. Retour sur cette édition passionnante et pleine de rebondissements.

Une compétition unique en son genre

C’est à l’occasion de la foire internationale de Leipzig que la ville a organisé la RoboCup du 30 juin au 4 juillet. Au programme de cet événement sportif : des robots de toutes tailles et toutes formes qui s’affrontent dans des matchs de football « endiablés ».

RoboCup ce n’est pas uniquement du football. C’est plus de 3500 participants provenant de 45 pays et qui se disputent le trophée dans pas moins de 17 disciplines : football, secourisme, industrie, domicile…

Dix années après la dernière édition en Allemagne et 19 ans après la toute première édition organisée à Nagoya au Japon, ce ne sont toujours pas des Ronaldo ou des Messi qui jouent au football dans ce tournoi futuriste mais bien des Nao et autres machines plus ou moins humanoïdes. Car la compétition footballistique est divisée en cinq catégories : humanoïdes, plate-forme standard (Nao), tailles moyennes, petites tailles et simulation.

« Je suis toujours impressionné par la qualité scientifique et la croissance de la RoboCup » explique le professeur Gerhard Kraetzschmar de l’Université de Bonn, « l’aspect sportif de cet événement crée une stimulation chez les participants qui les poussent à aller de l’avant et leurs résultats sont tout à fait utiles à la société, à la science et à la technologie ». La RoboCup s’est donnée pour ultime mission d’affronter l’équipe championne du monde de la FIFA avec une équipe d’humanoïdes en 2050. Mais il y a encore beaucoup, beaucoup de progrès à faire…

Si cet exploit semble hors d’atteinte, les inventions déployées dans le cadre de cette compétition ont pour partie déjà abouti sur des projets concrets. Le robot Quince, développé pour la compétition de secourisme, a ainsi été utilisé pour déblayer les déchets radioactifs de Fukushima. D’ailleurs, cette catégorie pour le moins étonnante avait été introduite justement pour répondre aux attentes des organismes de secours suite au séisme de Kobé en 2001. Autre exemple, le système des robots de logistique Kiva a lui aussi d’abord été conçu pour la RoboCup de football avant d’être racheté par Amazon pour plus de 700 millions de dollars pour automatiser ses entrepôts.

Résultats de matchs

Chez les humanoïdes

Trois tailles, trois divisions : adulte, adolescent, enfant. Ce sont les robots de l’équipe Baset de Téhéran, NimbRo de l’Université de Bonn et Rhoban Football Club de l’Université Bordeaux 1 qui ont remporté ces trois catégories. En seconde place : Sweaty de l’Université des Sciences d’Offenburg (Allemagne), HuroEvolutionTN de l’Université de Science et Technologies de Taiwan et ZJUDancer de l’Université du Zhejiang (Chine). Enfin, pour fermer la marche, ce sont les équipes IRC de l’Université Islamique d’Ilkhichi (Iran), les AUTMan de l’Université Amirkabir de Manitoba et enfin, pour la taille enfant, ce sont les CIT Brains de l’Institut de Technologie de Chiba qui se sont offerts la troisième place.

robocup-2016-4

Ligue standard

Du côté des petits robots de SoftBank (plateforme officielle dans cette catégorie), ce sont les allemands de B-Human de l’Université de Bremen qui ont remporté la compétition en intérieur, suivi de l’équipe UT Austin Villa de l’Université du Texas d’Austin puis de la Nao-Team HTWK de l’Université des Sciences de Leipzig.

En extérieur, ce sont les Nao Devils Dortmund de l’UT de Dortmund qui sont montés sur la première marche du podium. Un podium complété par les B-Human de l’Université de Bremen et les berlinois de Berlin United – Nao Team Humboldt de l’Université de Humbodt.

robocup-2016-8

robocup-2016-10

Tailles moyennes

Les compétiteurs de tailles moyennes ne ressemblent en aucun cas aux précédents robots, il s’agit de petites machines à roulettes.

Première place : Tech United Eindhoven de l’Université de Technologie de Eindhoven. Seconde place : Water de l’Université IT de Pékin. Et en troisième place, ce sont les portugais de Cambada de l’Université d’Aveiro.

robocup-2016-1

Petites tailles

Première place : MRL de l’Université Islamique Azad de Qazvin (Iran). Seconde place : les CMDragons de la célèbre Carnegie Mellon University. Et ce sont les chinois de ZJUNlict de l’Université du Zhejiang qui bouclent ce podium.

robocup-2016-9

robocup-2016-11

Enfin, pour les autres catégories non footballistiques : c’est l’équipe iRAP Robot de l’Université de Technologie de Bangkok qui a remporté la division principale de secourisme. Dans la division « domicile », c’est le robot ToBI de l’Université de Bielefeld que nous avions pu découvrir à l’occasion du salon Automatica 2016. Enfin, du côté de l’industrie, c’est l’équipe LUHBots de l’Université Leibniz de Hanovre qui l’a emporté et Carologistices du FH Aachen dans la catégorie Logistique.

Crédits Photos : Stefan Hoyer et Tom om Schulzetel


Laisser un commentaire