Robolution Capital : 80 millions d’euros pour la robotique

Bruno Bonnell et Arnaud Montebourg ont annoncé le lancement du fond d’investissements Robolution Capital ce matin à Bercy. Ce fonds de 80 millions d’euros, exclusivement dédié à la robotique, a pour but de créer des centaines de milliers d’emplois en France à travers des starts-up et PMEs innovantes.

Cette annonce fait suite au lancement du plan robotique du gouvernement Ayrault il y a un an, le plan France Robots Initiative, présenté par Arnaud Montebourg pendant le salon Innorobo 2013 à Lyon, inscrit lui-même dans les 34 plans de relance industrielle de la France.

En matière de robotique, la France est en retard par rapport à son voisin allemand ou italien. Et ne parlons pas de la Chine ou de la Corée bien plus avancés que les pays occidentaux sur ce point là.

Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes : le marché de la robotique de services pèse 3,4 milliards de dollars en 2013 et devrait atteindre les 17 milliards de dollars d’ici 2016, selon les prévisions de l’IFR. C’est le moment de ne pas rater le train, et Robolution Capital va aider à enclencher le mouvement et tirer vers le haut la France et l’Europe.

Le fonds sera destiné principalement à financer des projets dans la robotique de service, celle pour laquelle Bruno Bonnell se démène depuis la création de sa société Robopolis, spécialisée dans la distribution de robots personnels depuis 2007. Robolution Capital est le premier fonds d’investissement européen exclusivement dédié au secteur de la robotique. 60 millions d’euros devaient être investis, ce seront finalement 80 millions qui le seront, équitablement répartis entre financements publics et privés.

BPI France, la Caisse des dépôts et des consignations et l’European Investment Fund côté public ; Orange, EDF, Thales et AG2R La Mondiale, pour la partie fonds privés. Des acteurs de l’univers des NTIC comme le fondateur de Meetic, Marc Simoncini, participent également à titre personnel.

Tout l’écosystème de la robotique est concerné, aussi bien côté hardware que software. Le fonds a vocation à soutenir des projets divers comme les robots de compagnie, ceux pour la surveillance ou encore la robotique de santé, les robots agricoles ou les voitures autonomes.

La robotique de services est un secteur qui va transformer notre vie quotidienne, que ce soit pour l’éducation, la santé ou le travail, a déclaré ce matin Arnaud Montebourg. C’est pour cela que cet investissement est un des plus importants qui soient. Notre espoir de placer la France sur le podium mondial de la robotique est lié au fait que nous sommes un pays très innovant, que ce soit dans ses organismes publics ou privés. Quand ils travaillent ensemble, comme c’est le cas dans ce fonds, nous avons tous les atouts pour réussir.

Robolution Capital s’intéresserait de près à une dizaine de dossiers, sur un total de 450 entreprises françaises et européennes du secteur. Pour chacune, le fonds serait prêt à investir des sommes allant de 300.000 à 3 millions d’euros. Bruno Bonnell explique au Nouvel Observateur :

La robotique est différent du logiciel et du numérique : pour lancer le développement de son idée, il faut des capitaux. Robolution a vocation à oxygéner les idées innovantes.

Avant que des capitaux étrangers ne s’emparent des pépites françaises comme en 2012, lorsque la banque d’investissements japonaise Softbank racheta 80% des parts d’Aldebaran Robotics pour 76 millions d’euros, Robolution Capital fera ses premiers mouvements de capitaux d’ici la fin de l’été prochain. La robolution est en marche mais ne perdons pas trop de temps !


Laisser un commentaire

  1. jonat170487

    Bonjour sais bien beau tout sa , ok sais cool d'investir dans la robotique mais on cite jamais ceux qui se lance par passion on parle de robots de service , robots de surveillance , robots pour la santé et les robots de loisir dans tout sa on s'en fou les robot pour l'éducation et permettre a chacun de s'initier a la robot on on fait rien pour eux , bah non sa rapportent pas assez .

  2. Edtech

    A chaque fois que j'entends parler de fonds d'investissement et de Bruno Bonnell, je penses à cet edito de l'asso Caliban

    Alors ce fond d’investissements Robolution Capital, pour toutes les startup ou finalement?