Un robot capable d’anticiper les actions des humains

Un robot du laboratoire de robotique personnelle de l’Université de Cornell est capable d’anticiper les actions des humains afin de nous aider au mieux dans les tâches au quotidien.

Comme l’indiquait ce sondage, vous êtes 58% à penser que la robotique servira à nous assister dans les tâches ménagères. Les chercheurs de l’Université de Cornell y travaillent, en utilisant un robot PR2 équipé de capteurs visuels Kinect 3D et en lui chargeant une base de données d’images 3D.

L’équipe a travaillé sur un algorithme permettant au robot d’anticiper des actions en identifiant les objets qui l’entourent et en déterminant les éventuelles actions pouvant découler de ces objets. Ensuite, selon les activités qui sont en train d’avoir lieu autour de lui, il évalue la probabilité que chaque hypothèse puisse se produire et choisit celle qui a le plus de chance de se réaliser.

Pendant qu’il la met en exécution et au fur et à mesure que son environnement évolue, il recalcule en permanence ses hypothèses et les affine.

Dans un des exemples de la vidéo, un étudiant de Cornell tient une casserole entre les mains. PR2 analyse le déplacement des mains et émet des hypothèses sur la possible étape d’après. Selon la configuration donnée, l’homme peut vouloir s’en servir ou la ranger dans le frigidaire (un frigidaire se trouvant à proximité de la casserole). Selon les gestes que le jeune homme fait, le robot prend une décision et se déplace pour assister l’étudiant.

humanoides_fr_pr2_cornell_1

Ce projet va sans aucun doute faire parler de lui lors de la conférence internationale sur l’apprentissage des machines qui se tiendra à Atlanta du 18 au 21 juin et à la conférence Robotique : Science et systèmes, du 24 au 28 juin à Berlin, où sera présenté le travail de cette équipe.

Ce projet s’inscrit parfaitement dans les applications futures que l’on imagine pour la robotique personnelle et la cobotique. Pour faire confiance à nos futurs assistants complètement autonomes, il faudra qu’ils puissent reconnaître les objets mais aussi nos intentions. D’autres laboratoires sont en train d’y réfléchir comme les chercheurs de Carnegie Mellon qui ont trouvé une méthode pour permettre aux machines de mieux reconnaître les objets et de modéliser les façons de s’en servir.


Laisser un commentaire