Une intelligence artificielle est désormais capable d’apprendre seule à jouer aux échecs

Un chercheur en intelligence artificielle à l’Imperial College, une université britannique de technologie, sciences et médecine, a mis au point un programme utilisant le deep learning baptisé Giraffe. Cette intelligence artificielle joue aux échecs comme un humain mais à des milliers de kilomètres de la façon dont jouent les traditionnels moteurs d’échecs.

Le chercheur Matthew Lai a conçu un réseau neuronal qui peut apprendre grâce à des exemples. Après lui avoir fourni une base de données de quelques 175 millions de clichés de réelles parties d’échecs, il lui a demandé d’identifier le nombre et le type de pièces en jeu, leurs positions et les endroits où elles pouvaient se déplacer. Là où un programme traditionnel aurait calculé chaque position et aurait utilisé ces informations pour définir le meilleur déplacement (plus connue sous le nom de force brute), Matthew Lai, lui, a appris à son programme à prédire quel mouvement était fort ou faible, comme le ferait un joueur humain.

Après 72h d’apprentissage, Giraffe a été capable d’atteindre le niveau des meilleurs moteurs d’échecs actuels au monde et des maîtres humains qui travaillent pour les améliorer. Le programme est capable 46 % du temps de prédire le meilleur déplacement et celui-ci est situé dans son top 3 des mouvements 70 % du temps.

Selon son créateur, « à la différence de la plupart des moteurs d’échecs existant actuellement, Giraffe tire sa force de jeu non de sa capacité à prédire des coups en avance, mais de son aptitude à évaluer clairement les situations délicates et comprendre des concepts de position complexes qui sont intuitifs pour les humains, mais qui a manqué aux moteurs d’échecs pendant longtemps. » Pour lui, cette capacité est « particulièrement importante en début et en fin de partie, où le programme joue exceptionnellement bien. »


Laisser un commentaire