Robot d’assistance : des tests en conditions réelles au Royaume-Uni

Un robot d'assistance à la personne en cours de tests au Royaume-Uni

Le Laboratoire de Robotique de Bristol (BRL) a mis en place un lieu interactif pour développer des robots assistants dans un environnement imitant le monde réel. Le laboratoire reproduit un appartement d’un étage et est truffé de caméras et de capteurs connectés en Wifi. Selon les chercheurs, ce serait la première fois que des robots assistants seraient développés dans un environnement « imitant le réel », baptisé Personalised Assisted Living Facility (Centre de vie assistée personnalisé).

Pour le Dr Praminda Caleb-Solly, du BRL, ces robots pourraient être utiles dans la cas où « une personne oublierait de manger ou de prendre ses médicaments. » Selon la BBC, le laboratoire possède également un avantage de taille, puisque des personnes âgées ont été recrutées pour aider les chercheurs dans leur étude. Ceci permet par exemple de répondre à des questionnements sur la façon dont les personnes pourraient vivre la cohabitation avec un robot. Toutefois, pour le Dr Caleb-Solly, le moment où les robots vivront à nos côtés et nous assisterons dans nos vieux jours est « encore très loin. Mais [ce] nouveau laboratoire va rapprocher l’échéance. »

Un robot d'assistance à la personne

Au sein du laboratoire, les robots seront testés afin de voir comment ils réagissent face à des scénarios réalistes du quotidien, comme se déplacer au milieu du fatras d’une maison ou ramasser des objets pour un résident handicapé moteur. L’un des robots est un robot de téléprésence Kompaï, développé dans le cadre du projet MOBISERV, qui permet au personnel soignant, aux assistants sociaux ou aux médecins de surveiller leurs patients à distance. Selon le Dr Calleb-Solly, « si une alerte est envoyée parce qu’il n’y a pas d’activité dans la maison lorsque l’habitant devrait normalement être réveillé, une alerte peut être envoyée à distance à son aide-soignant. En cas d’absence de réponse du patient, l’aide-soignant pourrait activer le robot et vérifier qu’il n’y ait pas de problème. »

Des caméras et des capteurs connectés en Wifi ont été installés sur les meubles, les portes, les boîtes de médicaments, le réfrigérateur, les prises électriques et les bouilloires de l’appartement. Ces capteurs permettront de créer des profils type d’après les habitudes et les besoins de différents individus. L’appartement permettra de plus aux personnes âgées, aux aides-soignant et aux cliniciens de donner leurs avis sur ce qu’ils trouvent important. Selon le Dr Caleb-Solly, « il est important [pour les chercheurs] de travailler de façon participative avec les personnes qui accueilleront les robots dans leurs foyers. »

Un appartement pour étudier les robots dans leur habitat naturel

Crédits photo : BRL


Laisser un commentaire