En Chine, un journal publie un article entièrement rédigé par un robot

Un robot journaliste chinois

Le géant des réseaux sociaux et du jeu vidéo chinois Tencent vient de dévoiler ce qui pourrait bien être la fin du journalisme humain. L’entreprise a publié cette semaine son premier rapport de gestion entièrement rédigé par un robot. L’article de 916 mots a été publié sur le portail QQ.com, un service de messagerie de poids en Chine. L’article a été rédigé en chinois et cela en moins d’une minute par le robot journaliste Dreamwriter (Ecrivain de rêves).

Selon Wei Li, reporter dans la ville de Shenzhen au sud de la Chine, « l’article est très lisible. Je n’aurais pas pu deviner qu’il n’a pas été écrit par un humain. » L’article traitait de l’indice des prix à la consommation en Chine pour le mois d’août. Tencent reste toutefois discret sur le sujet et n’a pas encore communiqué officiellement sur la prouesse de leur robot. Toutefois, les médias chinois ont pour la plupart déclaré que l’article était assez bien écrit pour faire se précipiter les reporters locaux dans les toilettes les plus proches pour considérer la fin de leur carrière.

Tencent, le géant du web chinois

Ce sentiment est partagé par plusieurs journalistes, l’un d’eux annonçant même que « beaucoup de reporters travaillant pour des journaux gouvernementaux à travers le pays ne font que copier et coller les déclarations et communiqués de presse. Ils n’ont pas le droit d’exprimer des doutes ou même d’effectuer des recherches qui iraient à l’encontre des déclarations des autorités. Ce qui fait que des reporters robots pourraient facilement remplacer beaucoup de journalistes chinois comme ceux-ci. »

L’article du Dreamwriter citait même des analystes pour des analyses sur les perspectives économiques chinoises, qui, après des décennies de croissance effrénée, connaît un ralentissement. Wei Li reconnaît avoir entendu parler de « robots reporters depuis longtemps », mais pensait que ceux-ci « n’opéraient qu’aux Etats-Unis et en Europe. » Il saisit aussi la menace qu’ils représentent et avoue qu’il « n’est pas prêt à rivaliser avec eux. »

Les robots sont présents dans le secteur du journalisme depuis très longtemps, en traitant des données et en rédigeant des articles simples. Mais l’adoption de cette pratique par l’un des géants du net le plus influent dans une langue complexe comme le chinois pourrait bien marquer le début d’une nouvelle ère pour le journalisme. Dekai Wu, un ancien professeur agrégé de l’Université de Science et de Technologie de Hong Kong avait déclaré en 2012 que « rédiger des articles dans un langage simple en suivant un certain modèle n’est pas difficile pour un ordinateur. Et il n’y a pas de raison pour que nous ne puissions pas le faire en chinois. »


Laisser un commentaire