Ce robot de la NASA peut tisser des fibres de carbone

Ce robot de la NASA peut tisser des fibres de carbone

Les fibres de carbone sont l’un des matériaux les plus usités dans la course pour l’espace. Extrêmement léger et résistant cette matière est utilisée pour construire des parties de vaisseau spatiaux. Toutefois, il est souvent très compliqué de fabriquer des pièces en fibres de carbone. La NASA a peut-être trouvé la solution à ce problème.

Concevoir et produire des prototypes en fibres de carbone n’est ni simple, ni bon marché. Or, afin de concrétiser ses projets de voyage dans l’espace lointain, la NASA se devait d’optimiser le processus. C’est chose faite avec leur nouveau robot tisseur. Il s’agit d’un bras robotique de 6,4 mètres, dont l’extrémité possède 16 bobines, ressemblant à des bobines de machine à coudre. Le robot est placé sur un rail de 12 mètres, pour lui permettre de se déplacer autour de l’objet à construire.

Un robot de 6 mètre pour construire des parties de vaisseau spatial

Le robot « sculpte » les parties à construire, en déroulant les fibres de carbones enroulées autour des bobines. Le robot peut construire des objets de près de 8 mètres, ce qui fait de ces objets, selon Justin Jackson, l’un des ingénieurs du projet, « les plus grandes structures composites jamais construites pour un engin spatial ». Le robot a été conçu par l’entreprise Electroimpact, une entreprise américaine fondée en 1986 et basée à Washington. L’entreprise était au départ spécialisée dans les équipements pour Boeing, mais a vite élargi son champ de compétences et fourni aujourd’hui des entreprises comme Airbus ou Israeli Aircraft Industries.

Electroimpact a baptisé le procédé utilisé par le bras robot « placement automatisé de fibres ». Ce procédé permet de réduire les coûts de production et d’améliorer la qualité des pièces construites. Le robot peut créer des formes complexes en composé de fibres de carbone très rapidement. L’entreprise travaille en ce moment avec la NASA pour mettre au point des solutions adaptées au centre de vol spatial Marshall en Alabama. Selon Preston Jones, l’un des responsables du centre, l’objectif est « de construire et tester ces structures afin de déterminer si elles conviennent aux engins spatiaux qui transporteront des humains pour des missions d’exploration sur Mars ou d’autres planètes. »

Le robot d'Electroimpact

Un robot pour tisser les fibres carbones

Un robot pour construire les fusées de la NASA


Laisser un commentaire