La vie est plus rapide avec des whegs

Des scientifiques d’une université américaine ont mis au point des mini robots rapides, ultra rapides… de l’ordre de trente fois la taille de leur corps par seconde, ce qui représente dans ce cas 2 m/s soit, 7,2 km/h.

Ses créateurs, Christopher Y. Brown, Dana E. Vogtmann, et Sarah Bergbreiterns de l’Université Johns Hopkins, pensent que leur robot est le plus rapide de sa catégorie. Cela reste discutable, le cafard VelociRoACH est pas mal non plus – il atteint une vitesse de 2,7 m/s – .

Mais le robot de la Johns Hopkins est un peu plus petit (6,5 x 5,5 x 1 cm) et on ne peut pas vraiment le considérer comme un robot à pattes. En effet, en lieu et place il possède des sortes de roues, appelées en anglais des whegs, contraction de wheels et legs. Il utilise des jambes qui tournent comme des roues.

Les whegs bénéficient aussi bien des avantages d’une roue (force de propulsion) que ceux des jambes (forces de traction).

Ce quadrupède possède quatre moteurs minuscules, mesurant seulement 6 millimètres et délivrant 1,5 watts de puissance à 40.000 tours par minute. Le plus étonnant est que ce petit engin utilise seulement 40% des capacités de ses moteurs, soit 0,6 watts. Mais il est contraint de se contenter de cette puissance car au-dessus, la vitesse de rotation est trop importante et lui fait faire des bonds qui le ralentissent.

Ses créateurs espèrent pouvoir augmenter la taille de ces whegs et les passer à 35 mm (le double de leur taille actuelle), ce qui devrait permettre au robot de battre des records de vitesse et de surmonter des obstacles au sol de plus grande taille.

Le travail de recherche de ces trois scientifiques s’intitule « Efficiency and Effectiveness Analysis of a New Direct Drive Miniature Quadruped Robot » et a été présenté lors de la conférence ICRA 2013 en Allemagne.


Laisser un commentaire