Rosa le robot chirurgien "made in France"

Robot chirurgien ROSA de Medtech

La robotique fait avancer tous les secteurs et en particulier celui de la médecine. Nous avons rencontré Pierre Maillet sur le salon Innorobo, responsable du pôle Robotique de Medtech, une entreprise française spécialisée dans les robots de neurochirurgie. Il nous a présenté Rosa, un robot chirurgical qui fait partie des cinq robots autorisés à opérer dans le monde.

Le Rosa est implanté un peu partout dans le monde : Etats-Unis, Chine, Canada, Europe… Ce robot d’assistance et de guidage pour la chirurgie du crâne a séduit de nombreux centres hospitaliers.

Il ne faut pas le comparer au Da Vinci car d’une part, il n’est pas un robot de téléopération avec lequel on réalise directement la chirurgie, et d’autre part, on ne traite pas les mêmes organes. Le Rosa est là pour positionner des guides au niveau du crâne, qui vont permettre ensuite aux chirurgiens de réaliser leur opération comme ils le font classiquement.

Blog_Humanoides_fr_Robot_ROSA_medtech_pic2

Au préalable, un scanner ou IRM est fait pour établir le diagnostic du patient. Un logiciel se charge ensuite de reconstruire le visage en 3D à partir des différentes coupes réalisées par l’imagerie médicale. Cela va permettre de planifier un certain nombre de trajectoires rectilignes pour lesquelles le chirurgien va définir un point d’entrée et un point cible.

Par exemple pour une biopsie du cerveau à la recherche d’une tumeur, le point d’entrée sera le trou au niveau du crâne, et le point cible sera le bout de l’aiguille à l’intérieur de la tumeur qui servira à faire le prélèvement.

Pour permettre de guider le robot sur les trajectoires planifiées, le chirurgien se sert d’un télémètre laser pour calculer le recalage entre l’imagerie et la réalité, car le robot ne sait pas encore où est positionné le patient. Plusieurs points sont pris au niveau du front et de la tête dans un premier temps, puis de manière automatique et répétable, au niveau de la face du patient. Le chirurgien réalise ensuite les gestes avec une précision encore jamais atteinte.

Blog_Humanoides_fr_Robot_ROSA_medtech_pic1

Un robot adaptable et aux multiples modes

Ce qui est intéressant avec le Rosa, c’est qu’il permet de guider n’importe quel type d’outil. En adaptant un canon, on pourra utiliser des aiguilles mais aussi une caméra endoscopique par exemple.

Les différents modes sont également très utiles au chirurgien. Un mode navigation a été développé pour permettre de pointer des structures anatomiques à l’intérieur même du cerveau, à la manière des systèmes de navigation classiques que l’on trouve dans les blocs opératoires.

D’autres modes prédéfinis rendent possible le déplacement de l’endoscope autour d’un axe rectiligne choisi. Le chirurgien pourra également définir une zone de sécurité et contraindre le robot à l’intérieur de cette zone. Cela permet au chirurgien de se focaliser sur l’image de la vidéo qui reste nette tout au long de l’opération. C’est comme une troisième main sauf qu’elle ne tremble pas et ne déborde pas de la zone de sécurité.

Rosa permet des chirurgies nouvelles

Par manque de précision et de finesse, certaines chirurgies ne pouvaient être réalisées. Avec l’arrivée d’un tel outil, des nouveaux nés atteint d’une tumeur au cerveau peuvent dorénavant être opéré à la Fondation Rothschild à Paris.

De la même manière, des patients atteints de crises d’épilepsie peuvent dorénavant être traités. En positionnant une quinzaine d’électrodes dans le cerveau, le chirurgien peut tour à tour cartographier l’activité cérébrale au moment d’une crise, d’une manière très précise, avec un gain de temps d’une demi-heure à une heure par rapport aux méthodes classiques.

Un investissement considérable, mais rapidement amorti

Le Rosa est vendu aux alentours de 500 000 euros, en fonction des accessoires. Il faut savoir que c’est un robot mobile, ce qui permettra aux CHU de le déplacer dans différents blocs opératoires. Sept CHU en France en sont équipés.

Blog_Humanoides_fr_Robot_ROSA_medtech_pic3

A la différence d’un Da Vinci, qui reste fixe et qui nécessite en général de faire des travaux (déplacer des cloisons, créer des bouches d’aération…) dans l’hôpital, le Rosa représente un investissement plus rapidement amorti. Pour info, le Da Vinci est vendu à 1,2 millions d’euros et il faut compter entre 1 à 2 millions de plus pour la mise en place, les travaux, les accessoires…

La suite du Rosa

Le Rosa se porte merveilleusement bien : Medtech vient de signer 3 nouvelles commandes le mois dernier : une en Chine (la troisième), une autre en Russie et la première au Moyen-Orient, preuve que le marché grandit.

Blog_Humanoides_fr_Robot_ROSA_bertin_nahum

De plus, le Directeur de la société, Bertin Nahum, a été élu 4ème entrepreneur le plus révolutionnaire au monde, par la revue scientifique Discovery Series en septembre 2012, juste derrière les Américains Steve Jobs, Mark Zuckerberg et James Cameron.

Maintenant, Medtech est en train de travailler sur une évolution vers une machine permettant les opérations de la colonne vertébrale, deuxième discipline de la neurochirurgie.

Ce besoin va aller croissant compte tenu du vieillissement de la population et des problèmes de santé que cela engendre.

Quand cet appareil sera mis au point, les robots montpelliérains couvriront l’ensemble de la neurochirurgie, ce qui permettra à l’entreprise de s’attaquer à des nouveaux marchés. Petite précision, et non des moindres : ce robot est « made in France » de A à Z, de la conception à l’assemblage, en passant par la production, le calibrage et la maintenance.

La société Medtech est basée à Montpellier, emploie une vingtaine de personnes qui se répartissent entre le pôle R&D d’imagerie et informatique, et le pôle robotique. L’entreprise a débuté en commercialisant en 2002 un robot nommé BRIGIT, pour aider le chirurgien dans la pose de prothèses orthopédiques. Ce robot fut cédé à la société américaine Zimmer, ce qui leur permit d’investir dans le développement du Rosa.


Laisser un commentaire

  1. cambier

    bonjour

    le chu de nantes est il équipé de rosa colonne vertébrale dans quel service

    merci pour votre réponse

    un ancien