Sam, le robot de télé-présence pas comme les autres

Alors que le vieillissement démographique touche de plus en plus de pays, Sam, le premier robot Luvozo, entend briser la solitude dans laquelle tombent deplus en plus de seniors.

Les seniors et la silver economy

Le vieillissement de la population n’est pas un phénomène exclusif au Japon, loin de là. Il intervient, bien que dans des proportions moindres, dans la majorité des pays développés, y compris en France où le taux de fécondité est pourtant le plus élevé d’Europe. Si le Royaume-Uni se démarque par des campagnes de soutien aux personnes isolées, les Etats-Unis ne semblent pas prendre leur problème aussi à cœur. Et pourtant les américains sont bel et bien concernés par le phénomène, mais leur système de santé ne donne pas vraiment les moyens d’y répondre efficacement.

En France, les robots Beam de Orange ou l’UBBO de Axyn sont d’ores et déjà en vente. Mais ce n’est pas tant pour répondre à un enjeu sociétal et médical que pour faciliter les échanges professionnels. Aussi, comme souvent aux Etats-Unis, la solution est en pleine germination non pas dans les hôpitaux mais dans le secteur privé, qui n’hésite pas à créer un marché dès qu’il y a demande. La start-up Luvozo en est un brillant exemple.

Celle-ci a conçu un robot mobile de télé-présence qui fonctionne exactement sur le même principe que les modèles d’Awabot, à la différence près que ce sont les seniors qui sont visés. Et pour cause, aux Etats-Unis, selon des chercheurs de l’Université de San Francisco, 18% des seniors américains vivaient seuls en 2013, et 43% avouaient se sentir seuls régulièrement. Cette même étude précise que les personnes de plus de 60 ans sous le coup de la solitude connaissaient un risque de mortalité 45% supérieur à la normale.

Trois types de solutions sont mises en avant par la compagnie : la prévention des chutes, la socialisation et la réduction des coûts. C’est à ces trois objectifs que doit répondre SAM, leur premier modèle de robot de télé-présence. Selon la société de Washington, 1 tiers des personnes de plus de 65 ans tombe au moins une fois par an à leur domicile, et 31% de ces chutes seraient causées par l’environnement direct de la personne et non de sa condition physique. Les problèmes de marche ou d’équilibre ne comptant que pour 16,9% des chutes.

causesoffalls

Pleinement investi dans sa mission de prévention des chutes, Luvozo a reçu un financement fédéral de la part de la Fondation Nationale des Sciences (NSF) pour l’aider à développer son produit. Le Centre de Prévention et de Contrôle des Maladies, agence gouvernementale, estime les coûts liés aux chutes de personnes âgés à environ 55 millions de dollars par an. Et selon elle, cela n’est pas prêt de s’arranger puisque le vieillissement de la population continue sur sa lancée et devrait même s’amplifier puisque la population senior devrait passer de 40 à 72 millions d’individus d’ici 2030. Un délai relativement long qui laisse le temps aux exosquelettes et autres dispositifs d’assistance, tel que SAM, d’inonder le marché.

luvozo-sam-tele-presence-2016-5

Sam, le robot de présence

Pour répondre à ce défi majeur, Sam n’a pas été simplement conçu comme une machine de télé-présence, il a également été doté de capteurs et d’un logiciel appelé SAM Fall Assessment System. C’est grâce à lui que le dispositif peut se déplacer tout en repérant les éventuelles embûches semées dans le domicile de l’utilisateur. Comme nous le disions, 31% des chutes sont causées par l’environnement du senior, mais ce chiffre bondit à 41% dans les maisons privées, contre 16% dans les maisons de retraite. L’idée c’est, d’une part, de donner aux infirmières les moyens de mieux surveiller le déplacement de leurs résidents tout en se libérant d’une tâche minutieuse. Et d’autre part, de donner aux seniors isolés les moyens de se déplacer sans encombres à travers leur domicile.

luvozo-sam-tele-presence-2016-2

Le système fonctionne grâce une intelligence artificielle qui analyse les images capturées par les appareils photos des tablettes ou smartphones. Leur premier objectif est de parvenir à réduire le nombre de chutes d’au moins 30%, ce qui revient à supprimer 1,5 millions de chutes par an aux Etats-Unis. Et tout ces chiffres ne prennent que les seniors en considération. On peut aisément imaginer déployer un tel dispositif pour toute une série de personnes atteintes de maladies handicapant leurs déplacements.

Pour la partie télé-présence, rien de bien nouveau, le dispositif est muni d’un écran qui permet de retransmettre le visage d’un proche éloigné par exemple. Un bon moyen de s’assurer quotidiennement que tout va bien, malgré les contraintes horaires de chacun.

La compagnie évaluera le potentiel de son modèle au cours d’un premier projet pilote avec le réseau de maisons de retraite Prestige Care. En espérant qu’il aboutisse puisque selon Luvozo, la main d’oeuvre sera amenée à tripler dans les quinze prochaines années pour faire face à l’augmentation constante de la demande de soins.

luvozo-sam-tele-presence-2016-3

luvozo-sam-tele-presence-2016-4


Laisser un commentaire