Sanofi et Google Verily s’allient pour vaincre le diabète

sanofi-verily-onduo

Dans sa quête de la médecine du futur, la branche santé d’Alphabet s’est associée à l’un des leaders de l’industrie pharmaceutique, le français Sanofi.

Une maladie en plein essor

Malgré des efforts toujours renouvelés dans la recherche contre le diabète, notamment de type 2, qui touche 90% de la population concernée, le diabète est une maladie qui se fait malheureusement de plus en plus commune.

Selon l’IOMS, la tendance est largement à la hausse puisque le nombre de personne atteintes de diabète serait passé de 108 millions en 1980, à 422 millions en 2014 à travers le monde. Une croissance liée aux nouvelles conditions de vie des habitants : sédentarité, vieillissement de la population et surpoids. De l’insuffisance rénale aux accidents cardio-vasculaires en passant par la cécité, les effets néfastes du diabète sont variés et ne cessent de croître.

La part des diabétiques de plus de 18 ans est passée dans le même temps de 4,7% à 8,5% et devrait devenir la septième cause de mortalité dans le monde. Faute de savoir la traiter correctement, la lutte contre cette maladie chronique se faisait jusqu’à présent en grande partie au moyen de la prévention.

Jusqu’à présent… Car depuis peu, les nouvelles technologies promettent de révolutionner la médecine.

Onduo, la nouvelle entreprise qui veut soigner le diabète

Un mois après avoir bousculé l’industrie pharmaceutique en annonçant une alliance avec le géant des biotechnologies GSK, la branche santé d’Alphabet vient de signer un nouveau partenariat d’envergure avec l’un des poids lourds du secteur. En effet, le géant américain s’est associé au français Sanofi afin de lutter contre le diabète.

Cette alliance prendra effet sous la forme d’une nouvelle compagnie commune appelée Onduo.

Un coup de plus qui confirme l’orientation prise par Google et qui consiste à investir le monde de la santé en nouant des partenariats avec des acteurs importants et déjà bien établis. Afin de donner vie à ses ambitions, la branche médicale de Google avait d’ailleurs abandonné l’entête « Google » pour se rebaptiser Verily Life Sciences. Une opération mineure qui révèle néanmoins une large part sur Google. Conscient que sa devise « Google is no evil » commence à s’effriter – c’est d’ailleurs pour cela qu’il a souhaité se débarasser de Boston Dynamics – à mesure qu’il diversifie ses activités et s’implante significativement dans un nombre de secteurs toujours plus grand, le géant du web est prêt à abandonner sa marque. En particulier dans les secteurs les moins bien perçus par les populations, comme la médecine.

Si elle a été largement reprise, l’information n’est toutefois pas toute neuve. En août 2015, la compagnie française annonçait déjà les prémisses d’une telle alliance troquant son partenaire Medtronic pour les laboratoires de Verily. Déjà à l’époque, il était question d’associer les compétences en biologie et médecine de Sanofi au savoir-faire électronique de Google, notamment en matière de miniaturisation des composants, clef de voûte de la biotechnologie.

Cette nouvelle alliance concrétise les ambitions de Google de lutter contre les maladies chroniques en général, et le diabète en particulier. L’entreprise Onduo prévoit d’allier les savoir-faire électroniques et médicaux de l’un comme de l’autre dans le but de soigner le diabète de type 2. Sise à Kendall Square aux Etats-Unis, la société commune recevra au moins 248 millions de dollars de financements de la part de Sanofi, a indiqué Stefan Oerlich, responsable de la branche dédiée à la recherche sur le diabète du groupe français. Une somme que devrait également aligner Google.

La nouvelle compagnie n’a pas perdu de temps puisque, sous la direction du Dr Joshua Riff, elle s’est déjà alliée à Sutter Health et Allegheny Health afin de concevoir un catalogue de solutions contre le diabète. « La mission d’Onduo est d’aider les personnes atteintes de diabète à mener une existence saine et épanouissante grâce au développement de solutions complètes combinant dispositifs médicaux, logiciels, médicaments et soins professionnels, pour une prise en charge simple et intelligente de la maladie » précise le groupe français. Si peu d’informations ont été communiquées sur la nature des produits médicaux qui déboucheront de cette alliance, on peut tout de même s’attendre à l’utilisation des nanotechnologies et de l’électronique puisque son objectif est, comme l’annonce le communiqué, de « tirer parti d’une part de l’expérience de Verily en matière d’électronique miniaturisée, de techniques analytiques et de développement de logiciels grand public et, d’autre part, du savoir-faire et de l’expérience cliniques de Sanofi, pour proposer des traitements novateurs aux personnes atteintes de diabète« .

Une main d’oeuvre française pour la santé internationale

Sanofi revendique le titre de leader mondial de la santé avec sa présence dans plus de 100 pays et l’emploi de plus de 100 000 personnes à travers le monde.

Mais si le groupe reste à la pointe de la technologie, c’est parce qu’il investit massivement dans la recherche et développement. D’après le groupe, près de la moitié de ses investissements vont directement dans la R&D, soit 2,4 milliards d’euros (premier investisseurs de R&D en France) tandis que 40% de ses employés seraient consacrés à cette tâche. Avec huit sites de recherche répartis sur toute l’Hexagone, c’est en France que le groupe compte naturellement le plus de chercheurs, mais aussi la plus grande partie de sa production (85%).

Après le rachat du roboticien Medtech par Zimmer, le choix de Sanofi porté par le géant américain est donc une nouvelle preuve du savoir-faire français en matière de technologies et de médecine.


Laisser un commentaire