Saurez-vous distinguer l’homme du robot ?

La troisième édition du tournoi 2K BotPrize a eu lieu cette année à Copenhague. Au cours du tournoi, des équipes du monde entier ont présenté leur travail de recherche sur l’intelligence artificielle. Le jury a récompensé le programme de deux espagnols.

Tout part du test de Turing. Inventé par Alan Turing en 1950, il s’agit d’une proposition de test d’intelligence artificielle fondée sur la faculté d’imiter la conversation humaine. Ce test consiste à mettre en confrontation verbale un humain avec un ordinateur et un autre humain à l’aveugle. Si l’homme qui engage les conversations n’est pas capable de dire lequel de ses interlocuteurs est un ordinateur, on peut considérer que le logiciel de l’ordinateur a passé avec succès le test.

Blog_Humanoides_Fr_BotPrize_conscience_artificielle

Le tournoi 2K BotPrize est une version alternative de ce test. Les participants ne soumettent pas leur programe à une conversation avec un humain mais doivent créer un bot de jeux vidéos. Un bot désigne un personnage contrôlé par l’ordinateur qui simule le comportement d’un joueur humain. En l’occurrence, le jeu choisi était Unreal Tournament 2004, l’une des références en termes de first-person shooter.

Le jury jouait sans connaître ses adversaires et devait distinguer lesquels d’entre eux étaient contrôlés par un humain ou par l’ordinateur.

Blog_Humanoides_Fr_BotPrize_conscience_artificielle_gagnants

Lors de cette édition, l’équipe Conscious Robots des espagnols Raul Arrabales et Jorge Muñoz qui travaillent à l’Université Carlos III dont nous avons déjà parlée ici. Leur bot a réussi à tromper le jury dans 32% des cas.

Leur bot ne se limitait pas à de l’intelligence artificielle classique, mais utilisait la technique de conscience artificielle, une évolution de l’IA, qui consiste à donner au programme une certaine forme de « conscience ». Le programme est capable d’évoluer et prendre des décisions qui ne sont plus tout à fait maîtrisées par son créateur.

Pour arriver à cela, le programme doit pouvoir apprendre de ses erreurs et être attentif aux comportements des joueurs dans la partie.

A noter aussi que le moins bon joueur humain de ce test a trompé le jury dans 35% des cas… Résultats très proches des 32% obtenus par l’équipe espagnole…

Blog_Humanoides_Fr_BotPrize_sketchup

Un papier de John Bohannon décrit dans Killet Bots Are Getting Human, cette expérience dans le magazine Science. Une des conclusions à tirer des bons résultats de ce test est que les interfaces virtuelles (Google Street, Sketchup, etc.) pourront apprendre du monde réel dans lequel elles évoluent.


Laisser un commentaire

  1. Incomabord

    Les perspectives s'ouvrent avec des résultats de plus en plus approchants de la barrière érigée par le test de Turing. Bravo aux concepteurs des bots et aux gagnants.