SNCF : des drones pour surveiller les voies

La surveillance aérienne par drone séduit de plus en plus : après la Deutsche Bahn en Allemagne, c’est au tour de la SNCF et RFF (exploitant et gestionnaire du réseau ferroviaire français) de vouloir s’équiper de drones pour prendre un peu de hauteur et veiller sur les câbles…

Le but est de réduire les vols de câbles en cuivre des voies ferrées. Chaque année, la SNCF enregistre 3000 vols et tentatives de vol de métaux environ. Pour remplacer les hélicoptères de la gendarmerie utilisés depuis 2011, la SNCF et RFF comptent sur ces petits hélicoptères sans pilote pour faire le travail et économiser ainsi sur leur facture de télésurveillance.

Les drones anti-vol s’inscriront dans un dispositif plus large de sécurisation des caténaires, qui comprendra notamment un système de traceur artificiel de câbles, testé dernièrement en Allemagne.

Les aéronefs seront pilotés à distance par un opérateur et seront en contact avec des agents de la surveillance au sol, mais aussi la police et la gendarmerie.

humanoides_fr_sncf_rff_drone_surveillance_2

Il reste à définir les conditions d’utilisation et le périmètre de survol : « Où nous les ferons opérer, est-ce qu’ils opéreront au moment des gros départs, est-ce qu’ils opéreront sur les lignes TGV, TER ou RER… J’ai encore besoin des autorisations nécessaires », explique Stéphane Volant, coordinateur de ce projet (avec un nom pareil, il était prédestiné pour le poste).

Nos voisins belges n’ont pas l’intention de faire appel à cette technologie pour l’instant. L’étendue du réseau ferroviaire belge n’est pas aussi importante que celle du français, et explique la décision de la SNCB et Infrabel.


Laisser un commentaire