Premiers vrais essais pour le robot livreur de Starship Technologies

Le robot livreur de Starship en déplacement à Washington

La compagnie estonienne n’en finit plus de décrocher des contrats de tests. Après le Royaume-Uni et Washington, c’est au tour de cinq villes européennes d’être le terrain d’expérimentation du robot de livraison de Starship Technologies.

Starship Technologies et la livraison autonome

Alors que les start-up de livraison de repas se multiplient comme jamais grâce à la révolution numérique, ces nouveaux modes de livraison facilités par le mobile et la connectivité devraient bientôt se faire disrupter par un autre mode, bien plus radical : la livraison autonome.

La liste des machines à notre service s’allonge de jour en jour. Il y a de cela 3 mois, nous vous parlions de Starship Technologies et de son robot de livraison autonome. Il passait ses premiers tests en Angleterre. Peu après, il arpentait les rues de Washington pour prolonger ces expérimentations. Malgré son nom aux accents intergalactiques, ce système n’a rien d’un aéronef. Cette petite machine consiste simplement en un véhicule de transport, sauf qu’au lieu de transporter des passagers il peut emporter avec lui des marchandises dans une aire de 4 à 5 km² pendant une vingtaine de minutes. Une autonomie toute relative donc mais qui peut être facilement compensée par la taille de la flotte déployée. L’entreprise de 55 personnes fondée en 2014 a d’ores et déjà produit plus d’une dizaine de ces véhicules et espère lancer la production de masse courant 2017.

Aujourd’hui, la start-up fondée par deux anciens de Skype passe à la vitesse supérieure. Affiché sur leur site web, leur rêve de voir « un monde dans lequel vous pourriez envoyer et recevoir ce que vous voulez, où et quand vous le voulez. Notre expertise ingénieure combinée à notre expérience de fondateurs de Skype nous permettent de faire de ce rêve une réalité« , s’approche une nouvelle fois de la concrétisation.

starship-robot-livraison (6)

starship-robot-livraison (1)

Tests grandeur nature en Europe

Quelques mois à peine après ses premiers essais au Royaume-Uni, le petit appareil a quitté sa mère patrie pour les Etats-Unis, mais ne tardera pas à revenir sur le vieux continent puisque Starship vient de nouer trois partenariats stratégiques en Europe.

Dès cet été, le livreur aura l’occasion de battre le pavé d’au moins cinq villes à travers l’Europe, notamment au Royaume-Uni, en Allemagne et en Suisse.

Pour ce faire, la start-up a signé des alliances avec des acteurs déjà établis comme Just Eat, l’un des leaders de la livraison de nourriture, le livreur de colis allemand Hermes, le distributeur allemand Metro ainsi que la start-up de livraison londonienne Pronto.co.

Dans le cadre de ce nouveau programme, dont un similaire devrait être bientôt annoncé aux Etats-Unis, des douzaines de robots seront déployés pour tester la livraison en conditions réelles pour la première fois. Avec plus de 5700 km au compteur, le robot s’est même payé le luxe de rouler sur les trottoirs en conditions réelles – plus dynamiques et imprévisibles que celles des laboratoires – afin de tester son autonomie, sa géolocalisation, sa rapidité et son agilité.

« En lançant ces collaborations avec de grandes entreprises, nous entrons dans la prochaine phase de notre développement. Après des tests réalisés dans une douzaine de pays ces neuf derniers mois, nous allons enfin pouvoir nous attaquer à la livraison » explique Ahti Heinla, co-fondateur et patron de Starship Technologies. Un partenariat en or pour cette jeune entreprise qui espère marquer les esprits avec ces premières opérations d’envergure dans le domaine de la robotique de livraison, au niveau mondial : « nos partenaires sont passionnés et prêts à embrasser les nouvelles technologies, ils constituent donc le meilleur choix pour vraiment démontrer les capacités de notre solution de livraison » a indiqué dans un communiqué Allan Martinson, COO de Starship, « nous sommes certains de rencontrer des défis au cour de ce voyage, mais nous continuerons à redéfinir ce qu’est le service client, tout en rendant l’industrie du dernier kilomètre beaucoup plus rentable pour un grand nombre d’entreprises« . Un pari sur la rentabilité d’une solution peu éprouvée et dont le prix n’a même pas été dévoilé pour le moment.

Si les véhicules navigueront de manière autonome, Starship prévoit de les faire surveiller en permanence par un centre de contrôle, bien qu’elle revendique n’avoir jamais eu ou causé d’accident malgré les 400 000 piétons rencontrés.

Du côté des livreurs partenaires, tous ont communiqué leur enthousiasme pour cette solution nouvelle génération qui « contribuera à rendre l’accès à la nourriture de qualité, abordable, rapide et beaucoup plus facile » a pour sa part précisé James Roy Poulter, CEO de Pronto.

Les premières villes cobayes seront Londres, Düsseldorf, Brême et une autre ville allemande. Mais la société espère très rapidement étendre son action à d’autres villes européennes et américaines, tandis que les tests continueront à Talling, où est basé Starship Technologies.

le robot livreur Starship contre jour

des enfants jouent avec le robot livreur starship


Laisser un commentaire