Le MIT présente un système de préhension qui attrape tout sur son passage

Un système de préhension souple pour attraper n'importe quel objet

Le laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du MIT (CSAIL) vient de présenter un nouveau système de préhension pour les robots. Jusqu’ici, l’idée générale d’une main robotique n’est ni celle de la douceur, ni celle de la spontanéité. Concevoir un système capable de s’adapter à toute situation n’avait en effet pas vraiment d’intérêt pour des robots industriels répétant jour après jour la même action. Toutefois, alors que les robots se démocratisent, leur permettre d’être efficaces quel que soit l’environnement devient essentiel. C’est l’objectif des pinces robotiques souples à trois doigts développées par le MIT et produites grâce à une imprimante 3D.

Les trois doigts de la pince installée sur un robot Baxter lui permettent de se saisir de n’importe quel objet, peut importe sa taille, sa fragilité ou sa forme. Les doigts en silicone sont équipés de capteurs qui analysent l’objet qu’ils touchent. Ils le comparent ensuite aux autres objets stockés dans la base de données. Ils appliquent ensuite la force correspondante, ce qui leur permet de soulever des objets comme des bouteilles en plastique ou des œufs sans les casser. Cette avancée est de taille puisque le robot n’a pas besoin d’être programmé pour comprendre ce qu’il soulève, et ce, grâce aux capteurs qui lui indiquent la force à exercer même si l’objet n’est pas exactement reconnu. Les chercheurs tentent actuellement de permettre au robot d’apprendre en continu, en se souvenant des objets qu’il a déjà soulevé.

Le robot attrapant un oeuf

Selon Bianca Homberg, l’une des responsables du projet, « l’idée derrière une pince souple est que cela permet au robot de facilement attraper quelque chose. » Pour elle, « avec une main rigide, il y a beaucoup de calculs compliqués à effectuer pour définir exactement la façon dont [le robot] soulèvera l’objet – où il placera ses doigts pour ne pas lâcher l’objet. Avec une main souple, il suffit d’attraper l’objet, et les doigts se plient autour et le soulèvent. » Pour arriver à ce résultat, les doigts possèdent un conduit interne qui se remplit d’air ou se vide afin que ceux-ci puissent s’enrouler autour d’un objet. D’après Bianca Homberg, « permettre aux robots de soulever plus facilement des objets est l’une des étapes importantes pour les faire sortir des usines et les faire entrer dans des environnements où ils interagiront plus avec des humains. » Pour elle, « si les robots se trouvent dans un environnement humain, ils devront faire face à des objets humains plus souvent. »

L’équipe du CSAIL a déclaré que les prochaines étapes consisteront à « prendre ces principes et méthodes de base et à les étendre pour créer une pince plus robuste et capable ». Les chercheurs envisagent d’installer des meilleurs capteurs de flexion qui permettront d’obtenir des données indépendantes pour chaque segment de doigt. Pour les chercheurs, « cette avancée est utile dans la création d’un système qui peut utiliser des objets de façon plus complexe. Au lieu de simplement effectuer des actions de manipulation « pick-and-place », les robots devraient être capables de soulever une large gamme d’outils conçus pour les humains et de les utiliser correctement. »


Laisser un commentaire