Toshiba prépare un humanoïde qui parle le japonais et la langue des signes

Aiko Chihara est le nouveau robot humanoïde conçu par le géant de l’électronique japonais Toshiba. Présentée au CEATEC de Tokyo, l’humanoïde femme sait parler le japonais et communiquer en langue des signes. Présentation…

Pour sa première intervention en public, Aiko Chihara n’a pas deçu son constructeur. Mais peut-être un peu le public. En effet, l’interaction avec les gens n’est pas son fort… en tous cas pas pour le moment.

Le dernier né de Toshiba est un androïde qui ressemble parfaitement à une femme grâce à sa peau en silicone et à ses quinze actionneurs situés dans sa tête qui lui permettent de mimer les expressions du visage de manière très réaliste. Les gestes des bras et de ses mains ont également été étudiés pour que le robot paraisse le plus naturel possible. Au total, ce sont quarante trois actionneurs et un algorithme spécifique qui contribuent à la mécanique huilée du robot.

Toshiba a collaboré avec plusieurs universités pour mener à bien son projet. L’Institut Technologique de Shibaura et celui de Shonan pour la partie mécanique et les technologies de capteurs, tandis qu’ALab Inc. et l’Université d’Osaka – où officie le célèbre professeur Ishiguro, se sont chargées de la conception de l’enveloppe androïde et des expressions du visage. Le but étant de développer un robot qui a la capacité de parler le japonais en langue des signes, mais également par oral, pour se faire comprendre de tous. En revanche il n’est pourvu d’aucune intelligence artificielle : tous ses gestes et paroles sont préprogrammés. Mais dans quelles circonstances va-t-il servir ?

L’entreprise compte utiliser sa créature comme robot d’accueil ou guide dans les musées, un peu comme le Kodomoroid installé dans un musée à Tokyo. Il est également prévu d’apprendre l’américain signé à Aiko Chihara.

Oui, il faut être indulgent avec Toshiba, car le constructeur prévoit un bel avenir pour son robot. Il espère introduire d’ici 2020 Aiko dans les foyers japonais des personnes âgées, comme robot de compagnie. Avant, il faudra qu’il y intègre un certain nombre de technologies, et notamment des capacités d’interactions vocales plus avancées et la reconnaissance de la voix.

Robot-androide-de-Toshiba

Le Japon a lancé cet été un consortium composé de plus de 300 sociétés japonaises dans la perspective de créer 100 robots innovants d’ici à 2020.


Laisser un commentaire