Toyota se lance dans le secteur des véhicules intelligents

Toyota se lance dans le secteur des véhicules intelligents

Toyota a décidé d’entrer dans la course aux véhicules intelligents. L’entreprise japonaise a annoncé vendredi dernier investir 50 millions de dollars (44 millions d’euros) dans un partenariat avec le Stanford College et le MIT pour développer des voitures semi-autonomes et des technologies de la mobilité. Le partenariat est prévu pour une durée de 5 ans.

Le communiqué de presse indique que le partenariat a pour objectif de développer une recherche conjointe dans les deux universités. De plus, Gill Pratt, précédemment gestionnaire de programme au sein de la DARPA et responsable des derniers DRC, rejoint Toyota pour diriger et accélérer les activités de recherche et leur application dans le domaine des véhicules intelligents et de la robotique.

Gill Pratt, le responsable du projet de Toyota

Selon Toyota, « des segments de plus en plus larges de la population sont dans l’incapacité de conduire ou de se déplacer librement. » L’entreprise est d’avis « que les opportunités pour améliorer la vie de tous les jours au travers des intelligences artificielles sont illimitées ». C’est la raison pour laquelle Toyota a décidé de se lancer dans le développement de logiciels d’assistance à la conduite. L’entreprise va, pour commencer, se « concentrer sur l’accélération du développement des technologies de véhicule intelligent avec comme objectif immédiat la réduction des accidents de la route et l’objectif final d’améliorer la qualité de vie grâce à une mobilité augmentée et la robotique. » Pour Ise Kiyotaka, associé directeur chez Tokyo Motor Corp. et directeur du département Recherche et Développement, « ce partenariat, dirigé par le docteur Pratt, est l’opportunité parfaite pour travailler avec deux équipes de chercheurs renommés de deux universités d’excellence. »

Pour Gill Pratt, ce partenariat va permettre d’aborder des problèmes de mobilité extrêmement complexes grâce à des recherches innovantes sur l’intelligence artificielle. Le programme a pour objectif de développer « les capacités des technologies de véhicules indépendants à reconnaître des objets autour du véhicule dans des environnements divers, leur fournir une meilleure capacité d’évaluation des conditions environnantes et leur permettre une collaboration sûre avec les passagers du véhicule, les autres véhicules et les piétons. » Selon lui, la recherche s’intéressera également « à des applications de cette technologie pour la robotique interactive et les services d’information ».

Ise Kiyotoka, l'instigateur du projet

Selon le professeur Daniela, responsable du partenariat au MIT, l’équipe du MIT va « collaborer avec Stanford et Toyota pour développer des architectures avancées pour que les voitures puissent mieux percevoir et se déplacer dans leur environnement pour permettre des décisions de conduite sûres. » L’équipe du laboratoire sur l’intelligence artificielle de Stanford, dirigée par le professeur Fei-Fei Li, va utiliser « l’expertise de Stanford en vision par ordinateur, en apprentissage automatique, en analyse de données à grande échelle et en interaction homme-machine » pour « aider les véhicules intelligents à reconnaître les objets sur la route, à prédire les comportements des gens et des choses et à prendre des décisions de conduite sûres et intelligentes dans des conditions diverses. »


Laisser un commentaire