Un bras robot à l’extrémité d’un drone, mais pour quoi faire ?

Pourquoi des chercheurs s’obstinent à combiner les progrès de la robotique et ceux des drones ? Car cela pourrait donner naissance à un appareil très intéressant aux nombreuses applications dans différents secteurs tels que l’agriculture, le sauvetage ou le transport.

La DARPA avait réussi à partir d’un UAV baptisé V-Bat, à accrocher une pince à un escabeau en plein vol. Exercice de précision périlleux relevé par l’agence de recherche militaire américaine.

Les allemands ont réussi à peu près le même exploit. Les ingénieurs du centre de recherche aérospatiale allemand, le DLR, ont testé les capacités de leur hélicoptère sans pilote sur lequel l’équipe a fixé un bras mécanique KUKA.

humanoides_fr_dlr_helicoptere_bras_robot_3

humanoides_fr_dlr_helicoptere_bras_robot_3

Imaginez un moment, une flotte entière d’UAV équipés de bras robot ultra perfectionnés, qui prendrait en charge la construction d’une maison, d’un immeuble, d’un gratte-ciel ! Ca prend une toute autre dimension notre petite histoire d’hélicoptère autonome allemand, n’est-ce pas ? D’autres travaux de recherche sur des robots capables de construire des structures sont menés un peu partout dans le monde, notamment pour des constructions dans l’espace ou des structures rigides.

Mieux encore, il pourrait être couplé avec le robot maçon SAM (Semi-Autonomous Masonry System) de la startup américaine Construction Robotics, pour créer un assistant autonome complet adaptable à tous les types de chantiers.

L’équipe a encore des progrès à faire, notamment au niveau de la stabilité de l’engin car son centre de gravité varie en fonction des déplacements du bras mécanique. Le drone aérien du DLR a été présenté à la conférence internationale IROS 2013 qui a eu lieu à Tokyo début novembre.


Laisser un commentaire