Un drone chauve-souris pour surveiller les sites en construction

Bientôt des drones chauves-souris pour surveiller des bâtiments ?

Mi-oiseau, mi-avion, ce drone chauve-souris économise son énergie pour voler plus longtemps. Seth Hutchinson et son équipe espèrent que l’appareil soit utilisé pour surveiller les chantiers de construction.

Une équipe de chercheurs de l’université de l’Illinois a conçu un drone inspiré du monde animal et plus précisément des chauves-souris. Pourquoi les chauves-souris ? Parce que contrairement à un quadricoptère dont les rotors doivent tourner en permanence, une chauve-souris ne bat que rarement des ailes et utilise son vol concentrique pour économiser le plus d’énergie possible.

Le drone chauve-souris de l'université d'Illinois

Bien que l’idée de voir des nuées de drones chauve-souris ne réjouissent pas tout le monde, l’équipe de développement est d’avis que ceux-ci pourraient rendre de grands services, notamment dans la surveillance de sites de construction. Avoir un essaim de drones permettrait d’analyser les avancées de la construction en les comparant aux plans de départ.

Schéma de l'aile d'une chauve-souris

Certains pourraient s’étonner du choix des chercheurs. La chauve-souris n’est pas le plus apprécié des animaux. Toutefois, sa façon de se déplacer dans les airs intéresse l’équipe. Selon le professeur Hutchinson du CSL, le déplacement de l’air par les battements d’ailes de ces animaux nocturnes est un point essentiel pour la recherche et la conception de drones. Cette avancée permettrait d’économiser de l’énergie simplement en utilisant des membranes souples en lieu et place d’ailes rigides. De plus, la chauve-souris fait preuve d’une agilité rare en vol. Cette agilité pourrait se traduire par une maniabilité exceptionnelle pour un drone.

De plus, l’absence d’hélices permet de réduire le risque d’accident, surtout dans le cas d’emploi du drone sur des sites de construction. L’équipe espère mettre au point un robot qui possède les mêmes caractéristiques de vol, en termes de performance, d’agilité et durée de vol, que son modèle biologique.

Selon les chercheurs, l’emploi de ce genre de drones n’est pas limité à la surveillance, mais pourrait s’étendre à la livraison de colis. A suivre…

Crédits photo : University of Illinois, Rocksteady Studios


Laisser un commentaire