Un drone dans le vignoble bordelais

Avec ce drone, les vignes d’un château dans le Bordelais n’auront plus de secrets pour leur propriétaire, qui pourra ainsi optimiser son vin. La viticulture assistée par les airs (et l’agriculture plus généralement) ne fait que commencer.

Avec ce drone, le propriétaire Bernard Magrez, pourra bientôt mieux connaître ses parcelles grâce à la mesure plus précise de la maturité de ses raisins.

Baptisé «Vers l’Excellence», le drone a été développé par les sociétés Novadem pour la partie robotique et Topo Service pour la partie logiciel de topographie. Le multirotor d’environ trois mètres d’envergure, possède une caméra infrarouge et aura un fonctionnement autonome, du décollage jusqu’à l’atterrissage.

L’engin permettra d’effecteur des missions dans les airs au lieu d’utiliser des machines au sol qui tasseraient la terre. Jeanne Lacombe, responsable des vignobles bordelais de cet exploitant, explique :

surveiller l’état sanitaire du feuillage pour détecter les maladies ; visualiser la vigueur des différentes parcelles : les raisins y mûrissant plus ou moins vite, les dates de récolte seront adaptées ; repérer les zones moins drainées et agir en conséquence ; mener des cartographies…

L’utilisation de ce drone dans les vignes est-elle légale ?

Oui. Selon la réglementation de la DGAC, l’aéronef répondra à un scénario de catégorie S-4 défini ainsi par le département de régulation des vols :

activité particulière (relevés, photographies, observations et surveillances aériennes) se déroulant hors vue directe, hors zone peuplée, à une distance horizontale maximale de rayon égale à un kilomètre du télépilote et de hauteur inférieure à 50 m par rapport au sol et obstacles artificiels, sans aucune personne au sol dans cette zone d’évolution.

Le « Vers l’Excellence » qui fait partie des aéronefs de type D, appareils pesant entre 2 et 25 kilos, sera donc autorisé à voler au-dessus des vignes de Bernard Magrez, pour des prises de vue à une altitude maximale de 50 mètres. Le prix pour un tel engin démarre à partir de 50.000 € et peut atteindre les 100.000 € en fonction des options et des logiciels achetés.

Il s’agit d’un investissement conséquent pour les propriétaires agricoles, mais stratégique, car il fait gagner en qualité au produit récolté et optimise le temps et les ressources. D’ailleurs, la région Aquitaine, très active via ses clusters, cofinance un projet baptisé Vitidrone qui vise à soutenir la viticulture de précision.


Laisser un commentaire